SC Albi 23 – Bourg-en-Bresse 22. L’exploit !

Visuel du SCA - Sporting Club Albigeois

SC Albi–AS Béziers-Hérault

33 - 15


Statistiques

Domicile Visiteur
2 Essais Marques 62°-Todua 70°
1 Transformation Marques 62°
Pénalité : Marques 8°-12°-24°-30°-37°-49°-56° 5 Pénalités Gerber : 1°-20°-27° 33°-46°

Composition

Domicile Visiteur
1 Dedieu (Tretrasvili 62°), 2 Ponnau,( Djebablah 62°) 3 Gau (Hamadache 62°) 4 André (J. Mondoulet 68°), 5 Damiani, (Coréa 68°) 6 Visensang, 7 Misse, 8 Raynaud (cap) (Calas 50°), 9 Marques (Chateauraynaud 71°), 10 Barthélémy, 11 Todua, 12 Bonnet, 13 Hecker, 14 Kraska, 15 Bouillon (Peluchon 52°). 1. Bocca (Aho 68°) 2. Pinto-Ferrer (Arcadia 72°), 3. Sheklashvili ( Fernandes Moreria 60°); 4. Martin (cap), 5. Caillet (Dechartres 59°); 6. Zouhair, 7. Ramoneda (Toevalu 50°), 8. Baget Rabarou (Fernandes 42°/ 46°)); 9. Chaput (Camberabero 46°); 10. Gerber ; 11. Marais, 12. Veratau (Puyo 40°)(, 13. Tuilevuka, 14. Gmir ; 15. Peyras-Loustalet.

Informations

Stade Marcel Verchère.
6500 spectateurs.
Arbitre : M. Millotte (Ile-de-France).

UN POINT QUI VAUT DE L’OR

Pour le SCA revenir de Bourg-en-Bresse avec les quatre points de la victoire, tient de l’exploit. Et il est des victoires qui, plus que d’autres, valent de l’or. En terme comptable et pour le moral ! Cette victoire à Bourg est de celles-là car les Albigeois, après une série de 5 défaites ( Agen, La Rochelle, Lyon, Tarbes, Aurillac) pour une seule victoire (Colomiers) étaient inconfortablement installés à la dernière place du championnat. Au terme des 80 minutes, pour les 6500 spectateurs bressans c’était soupe à la grimace. Par contre pour le seul « supporters «  albigeois » présent dans l’Ain, en la personne du Président du SCA Jean- Jacques Castanet qui avait fait le déplacement dans le bus des joueurs et qui se sentait bien seul dans les tribunes du Stade Marcel Verchère, lui, était d’autan plus aux anges, qu’après avoir mené 6-0 au bout d’un quart d’heure de jeu, les Bressans avaient grignoté point par point pour mener 16-9 à la mi-temps suite à trois pénalités du demi d’ouverture Clint Eadie et un essai transformé du talonneur John Ulugia lequel pointait en but après s’être s’enfonçé plein cœur dans la défense tarnaise.

« Hier après-midi, sur le coup de 16h45, le vestiaire de l’US Bressane était dévasté par une tristesse immense. L’abattement le dispute à la déception » témoigne dans les colonnes du Progrès  Philippe Sevy. « Les Violets viennent de perdre une rencontre importante pour le maintien, face à Albi ». D’autan plus « traumatisant » que le coach Franck Maréchal avait claironné par médias interposés vouloir « lui mettre (Albi) la tête sous l’eau« . Attention au retour de boomerang lorsqu’on se hasarde à des propos suffisants. Alors que le buteur maison voyait un poteau repousser une pénalité juste avant les citrons, les locaux menaient tout de même confortablement 22 à 12 à la 52ème minute ce qui confirmait les souhaits exprimés par le coach des « violets » et que les Bressans avaient mis la main sur le ballon. «  Il aura manqué un peu de générosité de la part de l’arbitre qui ne les récompensa (les Bressans) jamais de leur grande domination en mêlée. » justifie le journaliste local ajoutant «  surtout il a manqué aux Violets un peu de maîtrise quand ils s’époumonèrent à jouer, jouer encore et remonter les ballons tous azimuts ».

Mais dans ce contexte, certains oublient parfois que les Albigeois affichent des valeurs. Et que depuis le début de la saison, ils réalisent une meilleure prestation en seconde mi-temps. Malmenés et distancés au tableau d’affichage, les Albigeois n’ont rien lâché. C’est dans leur ADN. Romain Barthélémy , bénéficiant en seconde période du vent favorable soulageait pas d’astucieux coups de pied son camp et « baladait » l’adversaire. «  Nous avons fait beaucoup de bonnes séquences. Mais j’aurais préféré produire moins de jeu et gagner » devait déclarer le centre Burgien Jean-Emmanuel Cassin «  Nous aurions dû ramener plus de ballon au pied chez eux, comme Albi l’a fait. Le boomerang nous est revenu en pleine figure ! »

Le boomerang ce fut aussi une action splendide de Mathieu Péluchon, lequel devait effectuer son retour dans le groupe après blessure pour suppléer l’arrière Sylvain Bouillon mais est rentré dès la première minute à l’aile pour remplacer Gabriel Lacroix, victime d’un magistral KO (peut-être trois semaines de repos ….à confirmer par l’examen médical) qui, suite à une touche gagné par les Albigeois, « s’offrait » un cadrage débordement en première main, pour aller en dame en coin. La transformation sera ratée. « Mathieu Péluchon a fait une rentrée remarquable » s’enthousiasmait Jean-Jacques Castanet dès le coup de sifflet final.

On jouait la 57ème minute. Et Samuel Marqués confirmait les bonnes intentions des « visiteurs » en transformant deux pénalités propulsant les Albigeois vers la victoire pour un tout petit point (23-22). C’était certes un fragile pécule, mais il s’avérait très suffisant pour le bonheur de Julien Raynaud et de ses « copains », un bonheur exprimé par le groupe avec beaucoup de retenue et qu’un ultime baroud d’honneur des locaux « pas récompensés par l’arbitre » selon un confrère, ne devait pas contrarier. «  Les Bressans se crispèrent alors. Ils se firent contrer ou commirent des fautes dans leur camp. L’impeccable demi de mêlée albigeois Marques, faisait le reste. Il ajustait les pénalités qui plaçaient les siens en tête » relate le chroniqueur local. D’ailleurs, conscient d’avoir échappé à une lourde défaite, l’entraîneur Jean-Christophe Bacca devait déclarer lors de la conférence de presse d’après match «  Bourg aurait tout aussi bien pu gagner et ça n’aurait pas été un hold -up ».

Le Président de Bourg résumait le sentiment général : « Albi nous a renvoyé dans notre camp alors que nous, nous nous sommes mis en danger tout seuls. Les Albigeois peuvent nous remercier. Vu la physionomie de la partie, je ne m’attendais pas à perdre ce match sur nos fautes »selon les propos rapportés par notre confrère Philippe Sevy.

« Un petit moment de bonheur » résumait Henry Broncan. Avec une pointe d’humour selon les propos rapportés par la Dépêche du Midi: «Je suis cardiaque. Ce genre de match ne me fait pas du bien. Mais cela prouve que je suis presque guéri puisque je n’ai pas fait de crise aujourd’hui ».

Toutefois cette victoire sur le fil n’a pas été un long fleuve tranquille comme l’analysait le coach tarnais «  Cette victoire est un grand soulagement. La roue enfin a tourné pour nous. Pendant une grande partie du match, je me serais volontiers contenté du bonus défensif » regrettant «  qu’après un bon premier quat d’heure , nous nous sommes mis à lâcher les ballons, à les rendre au pied. Nous avons ainsi déjoué jusqu’au milieu de la deuxième période ». Ce constat vaut avertissement : si cette victoire fait du bien au niveau de la confiance retrouvée et en terme comptable dans la mesure où les Albigeois, certes toujours derniers, mais après avoir décroché leur deuxième succès en sept journées ne sont plus qu’à 1 point d’Auch (10pts), 2 points de Bourg,Carcassonne, Dax et à 3 points des 11 et 10ème Mont-de Marsan, et Tarbes 12 pts.

Après cette victoire à l’extérieur, il va être important de bien préparer la réception de Béziers qui pointe à la 9ème place avec 15 points. Faux pas interdit car un horizon plus dégagé passe obligatoirement par une victoire sur les Héraultais. Encore un défi à relever !

Laisser un commentaire

Commentaires (0)