PRO D2/ SCA : CONTRE TARBES RETROUVER LES CHEMINS DE LA VICTOIRE

PRO D2/ SCA :  CONTRE  TARBES RETROUVER LE CHEMIN DE LA VICTOIRE

 

Après une semaine de repos, le Sporting Club Albigeois a repris le rythme traditionnel des entraînements. Pour en finir avec le premier bloc de la phase retour, il reste aux Albigeois deux gros os à ronger. Samedi soir(18h3O) ce sera Tarbes au Stadium Municipal, et le week-end suivant direction Colomiers, encore deux  défis à relever pour tenter de se sortir des abords de la zone rouge. Avant de penser aux « banlieusards »  toulousains, il va falloir parfaitement négocier la rencontre contre Tarbes, dont il faut rappeler que l’Ours tarbais est entraîné par Pierre-Henry Broncan, le fils de son père, ce qui donne à ces rencontres « familiales » un certain parfum, un degré d’émotion supplémentaire.

Tout à fait naturellement, lorsque les deux équipes entrent sur le terrain pas question de verser dans le sentimentalisme : pour le père et pour le fils seule la victoire est belle. Pour les   rapports filiaux c’est après le coup de sifflet final.

Pour Henry Broncan, pas de problèmes : «  on essayer de renouveler notre prestation de Lyon, mais avec la victoire au bout, parce que seule les victoires sont belles. Il est certain que contre Lyon, j’ai pu lire que nous avions fait un grand match. Non, on fait un grand match quand on gagne à l’instar de l’Equipe de France qui, samedi dernier a fait un très grand match. Quand on est capable de battre une équipe qui est meilleure c’est là que l’on fait de grands matches. Cette efficacité dont a fait preuve cette équipe de France contre les Anglais, j’espère que nous ferons la même chose, nous, samedi soir contre les Tarbais ».

Dire que le coach albigeois et son staff ont particulièrement bien étudié le potentiel de l’Ours Tarbais via la vidéo, ne procède pas de la révélation d’un secret. Les vidéos d’avant match sont faites pour cela dans tous les clubs. L’analyse d’Henry Broncan «  Tarbes c’est une grosse agressivité, avec une bonne organisation sur les mauls, et sa mêlée. C’est vrai que les Tarbais seront privés des sélectionnés géorgiens qui leur apportent  beaucoup comme le  pilier droit, le numéro 8 Giorgi Chkhadze, mais je crois qu’ils ont dans leur effectif suffisamment de remplaçants. Il  y la rentrée de leur demi d’ouverture, excellent butteur. C’est une équipe difficile à manier, toutes les équipes de la poule me l’ont confirmé . C’est une équipe âpre qui va tenter de venir chercher à Albi une espérance pour rentrer dans les 5 premiers ».
Pour tenter de ne pas tomber sous le griffes de l’Ours tarbais, les albigeois ne disposeront pas de tout leur effectif. En effet, sont blessés et donc incertains, Mathieu Péluchon qui s’est blessé avec l’équipe nationale Espagnole contre la Russie, Gabriel Lacroix toujours blessé depuis le match de la Rochelle, Timalai Rokoduru a quitté ses camarades  dès la 10ème minute de la rencontre à Lyon, et Nathan Lanne, auteur d’un excellent match à Lyon, victime d’une acrimio claviculaire sera  absent pour au moins quinze jours. Egalement incertain, Baptiste Hecker, qui fera un test jeudi.

« Nous aurons l’effectif classique puisqu’il y a quand même 28 joueurs qui, à l’heure actuelle, peuvent postuler pour rencontrer les Tarbais ».

RETROUVER LA GAGNE

En l’état des 18 précédentes rencontres , chaque rencontre est dorénavant importante. Les Albigeois ne disposent plus de jokers. «  C’est vrai que l’issue de ce championnat ne sera connue que le 11 mai, » souligne Henry Broncan, « je l’ai toujours dit , je suis certain que ce sera le dernier match du championnat qui désignera ceux qui descendront. Ce championnat est extrêmement difficile . Mais il est certain qu’il faut absolument battre les Tarbais. Si nous battons pas les Tarbais, cela ne voudra pas dire que nous serons morts. Il faudra tout simplement gagner d’autres matches. Par contre il serait très intéressant de l’emporter bien sûr, pour essayer d’écarter la menace de nos poursuivants ».

Il s’avère que les coupures sont parfois pénalisantes mais « ces coupures sont absolument nécessaires. Ce championnat de Pro D2 est très bien agencé avec en général tous les cinq matches une coupure. Là il y a une coupure au bout de trois rencontres mais il est vrai qu’elles comptaient pour cinq parce que nous avons rencontré Agen, La Rochelle, Lyon, trois très grosses équipes, donc je crois que les joueurs avaient besoin de souffler un petit peu notamment après les énormes temps de jeu de Lyon mais également contre Agen. Donc nous avions besoin de récupérer. Je pense que les joueurs ont récupéré , ils étaient bien à leur retour lundi ».
Après les cinq rencontres de ce premier bloc des matches retour (Après Tarbes viendra le déplacement à Colomiers) , Albi semble avoir mangé son pain noir puisqu’ ensuite les « hommes » de Julien Raynaud recevront deux fois , Aurillac et Bourg en Bresse.

Ce qui n’est pas tout à fait l’avis du coach à la casquette. « Ce sera très dur, et nous avons besoin de toutes les forces du club , le staff sportif, mais nous comptons beaucoup aussi sur les dirigeants  tout simplement rassurer nos joueurs sur les rumeurs qui courent. Ils font de gros efforts pour faire avancer ce club actuellement. Nous n’avons pas le droit de reculer. Il y a une excellente ambiance entre les joueurs, même si des inquiétudes naissent auprès de la vingtaine de joueurs en fin de contrats. Bientôt il faudra se décider à les recevoir , à les rassurer par rapport à la saison prochaine parce que, avec la reforme en particulier de la réforme Espoir on risque d’avoir beaucoup de joueurs sur le marché et peut-être malheureusement  beaucoup de chômeurs la saison  prochaine dans le rugby français ». 

Pas question pour autan de sacrifier à l’annonce prématurée des mutations (c’est interdit), des mouvements au sein des clubs.  Il est certain que des « mouvements » il y en a depuis plusieurs mois . Certains  des joueurs albigeois sont sollicités , certains avec insistance, d’autres beaucoup moins. Il est certain, ainsi que le reconnaît Henry Broncan, cette période d’incertitude quant à l’avenir influe sur le moral de certains joueurs inquiets pour leur avenir.

« Je suis plein d’espérance car je sais que le Président se bat,  bien aidé autour de lui par des dirigeants. Des résolutions ont été prises, elles sont  en cours de réalisation pour maintenir le club dans le rugby professionnel, ce qui est très important pour la ville, pour le passé du club »

Maurice Charbonnières

Laisser un commentaire

Commentaires (0)