PRO D2/ SCA : LE LOU VEUT CROQUER DE L’ALBIGEOIS !

PRO D2/ SCA : LE LOU VEUT DEVORER DE L’ALBIGEOIS

Hecker ; Bonnet, Lacroix , Loïc Mondoulet absents au SCA

 

Jean-Christophe BACCA : «  Nous allons à Lyon au plus mauvais moment , lorsque les Lyonnais ont besoin de points pour conserver la place de leader ».

Hnery BRONCAN : « Mon équipe a été orgueilleuse en seconde mi-temps à Agen, j’espère qu’elle sera aussi orgueilleuse à Lyon. Nous ne partons pas battus» 

 

Les Albigeois du Sporting vont effectuer ce week-end le second déplacement après Agen au titre du premier bloc des matches retour. Un  nouveau rendez-vous avec , cette fois, la meilleure formation  de Pro D2, tout au moins en terme de points, puisque actuel leader. Les Lyonnais de Lionel Nallet (Sébastien Chabal purgera encore sa suspension) après leur défaite sur les terres audoises de Narbonne sur un score sans contestation possible (22-6), annoncent la couleur : « Après ce troisième revers  consécutif à l’extérieur , les Rouge et Noir restent leaders mais à seulement quatre points de leur dauphin, le SU Agen Lot-et-Garonne. Ce mal du voyage commence à coûter cher aux Lyonnais. Désormais sous la pression , le Lou Rugby n’a plus droit à l’erreur et devra confirmer son invincibilité à domicile, samedi prochain(17 heures) face au SC Albi pour garder la tête de championnat de Pro D2 ».

Coeni Basson souligne dans Rugbyrama : « Le Lou a une réception à bien négocier,  celle d’Albi, samedi. Albi est une bonne équipe, présente dans les phases de combat. Je pense que ça va être un bon match parce que ce club a connu un début de saison difficile, mais sur les 3-4 derniers matches, les Albigeois sont montés en puissance » Julien Dumora ajoute : . Cette équipe embête du monde à l’extérieur, on l’a vu à Agen, il y a deux semaines , donc il va falloir faire un bon match pour obtenir la victoire ».

« Notre objectif c’est de toujours gagner avec un bonus, ici ou à l’extérieur. C’est difficile, quelquefois ça ne marche pas. On veut aussi qu’aucune équipe ne remporte un point chez nous » averti Tim Lane.

DUR COMBAT

Voilà qui a au moins l’avantage d’être clair. Albi est attendu de pied ferme dans la capitale Rodhanienne, sur l’herbe du Matmut Stadium, sous le regard des caméras d’Eurosport. Avec pour les lyonnais un bonus offensif fortement espéré. Nous avions aussi le même plaidoyer lorsque les « Jaune et Noir » avait pris la route vers Bourgoin. On connaît la suite. Un deuxième succès à l’extérieur pour les hommes de Julien Raynaud..

Pour les Albigeois qui ont pris un sérieux coup sur la tête après leur défaite face à La Rochelle, peut-on espérer que l’histoire repassera les plats ?

« Toujours pareil, nous allons de déconvenues en déconvenues (encore que les victoires à Bourg et à Bourgoin sont tout sauf des déconvenues NDLR), nous faisons une deuxième mi-temps de très bonne qualité contre Agen, après une première mi-temps plutôt catastrophique, face à la Rochelle nous entamons bien pendant 25 minutes , nous tenons bien le choc face à La Rochelle puis nous craquons en deuxième mi-temps. Il faut arriver à faire un match plein, un match entier, complet, dans l’engagement, dans la gestion face à ces grosses cylindrées . Nous aurons joué coup sur coup les trois premiers de la poule et face à ces grosses équipes nous ne pouvons nous permettre de jouer à moitié. Donc on va à Lyon  dans le même état d’esprit, c’est à dire on va donner un peu plus de temps de jeu à des garçons qui ont déjà prouvé qu’ils avaient l’efficacité requise pour opérer en Pro D2, mais avec un peu moins de temps de jeu, pour mettre un peu de fraîcheur dans le groupe. Il faut se concentrer et être très appliqués face à cette équipe Lyonnaise , chez qui on se déplace encore une fois au plus mauvais moment puisqu’elle est obligée de prendre cinq points pour conserver leur première place » souligne Jean-Christophe Bacca.

Il est évident que si lors de la réception de La Rochelle , les Albigeois avaient la pression sur les épaules, dès lors que cette rencontre devait être le ballon d’oxygène pour assurer le maintien, par contre sur les bords du Rhône ce sont les Lyonnais qui auront la pression.

« C’est vrai qu’Albi n’aura pas la pression, mais nous nous sommes  toujours déplacés en ayant à cœur de faire un bon match, en ayant à cœur d’être sérieux, appliqués, concentrés. Nous continuerons à le faire à Lyon ou ailleurs. Après c’est sûr que Lyon est un Everest dans la Pro D 2. Cette équipe est complète sur toutes ses bases, elle a du talent dans toutes ses lignes, et donc ce sera extrêmement compliqué  de les faire déjouer, chez eux. Mais nous allons nous employer d’essayer de juguler leurs attaques et d’essayer de paraître au moins ce que nous avons toujours eu envie d’être c’est à dire au plus près du niveau de ces équipes là ».

Equipe complète, avec un gros pack devant. «  même derrière, je crois que Lyon est complet sur toutes ses lignes. Mais devant c’est dense, très lourd, cela va très vite , ça défend très fort , c’est capable de jouer debout, c’est capable de jouer au sol ,il y a très peu de temps morts dans leur jeu ( NDLR à l’instar d’ Agen) . C’est une équipe qui a été  impressionnante jusqu’à ce match de Narbonne où ils sont passés complètement à travers, aussi je pense que cette semaine, à Lyon,  cela va leur siffler aux oreilles, donc on va avoir en plus une équipe extrêmement remontée face à nous. Mais peut-être que c’est une bonne chose, que cela va nous permettre de rebondir face à Tarbes quinze jours après en essayant de s’accrocher le plus possible face à cette équipe. »

DES ABSENCES

Bref, le mot d’ordre aujourd’hui pour le SCA c’est sauver les meubles pour se maintenir en Pro D2. « On savait depuis le début de la saison que les trois premiers plus gros matches se serait ce trio Agen, Lyon, La Rochelle. Nous retombons sur ce trio là et en plus on se déplace deux fois pour une seule réception face aux 3 premiers du classement. Ils sont plus forts que nous. Il aurait fallu 100% de réussite pour pouvoir s’en sortir . Contre La Rochelle, nous regretterons beaucoup l’essai de Samuel Marques juste avant la mi-temps car, au lieu de tourner à 13-9, c’est nous qui aurions tourné à 16-13. Incontestablement La Rochelle est une équipe très costaud, très puissante, la preuve : on ressort avec comme au match aller avec des blessés mais un peu moins  graves (NDLR Maisuradze, Caillau saison terminée, Peluchon plusieurs semaines out !) mais tout de même avec des blessures. Je ne dis pas que La Rochelle est une équipe violente , je dis que c’est une équipe forte et pour jouer au rugby aujourd’hui il vaut mieux être costaud » souligne Henry Broncan.

La Rochelle c’était hier, demain c’est Lyon et un nouveau sacré défi à relever : « Lyon est une équipe très ambitieuse, qui se croyait peut-être un petit peu trop vite arrivée. Elle  a maintenant besoin de nous battre avec si possible un bonus offensif pour repousser ses poursuivants. Nous ne partons pas battus, mais simplement il n’y a pas photo entre l’équipe de Lyon et celle de Bourgoin. Sur le papier, Lyon est la plus belle de toutes les équipes. Donc se  sera très difficile et en plus nous avons des blessés avec deux KO ,Thibaut Visensang et Gabriel Lacroix ; Loïc Mondoulmet a hérité d’un nez cassé et trois semaines d’indisponibilité, Baptiste Hecker  a eu les ischios  qui ont lâchés et donc ces joueurs  ne pourront pas  être du groupe. Sylvain Bonnet non plus car je veux le laisser à la disposition de ses parents qui sont dans la zone la plus touchée par les intempéries du Var, ils ont absolument besoin de lui et je ne me sens pas capable de faire revenir Sylvain Bonnet pour jouer à Lyon. Il y a aussi Yoganne Coréa qui a le nez cassé mais je pense qu’il pourra jouer. Ce sera donc les jeunes Nicolas Kaiser et Florian Vialelle qui opèreront au centre. C’est sûr qu’ils feront leur match parce qu’ils ont beaucoup de qualités. Il y a un moment que je voulais les remettre avec l’équipe une. Nous allons donner le meilleur de nous-même, comme nous l’avons fait à Agen et comme le font les joueurs tout le temps. Autant de blessures, c’est le résultat de l’engagement de mes joueurs. Gabriel Lacroix qui reste sur le terrain (hernie discale) prouve que j’ai des joueurs extrêmement courageux qui donnent le maximum d’eux même.  Un  Bastien Dedieu face à Atonio, le pilier d’Agen , il y a 40 kilos de différence et le piler albigeois a fait ce qu’il a pu, ainsi que Giorgi Tétrashvili. Ce n’est pas notre banc qui contre La Rochelle  a failli, c’est le banc rochelais qui nous est supérieur dans tous les domaines. Peut-être que nous avons laissé à Agen lors de la deuxième mi-temps beaucoup de nos forces parce que mon équipe est orgueilleuse. J’espère qu’elle sera aussi orgueilleuse à Lyon, qu’elle ne lâchera pas devant la TV. Ces efforts faits à Agen nous les avons peut-être payés contre La Rochelle ».

Les entraînements sont là pour corriger les faiblesses affichées lors des matches précédents. Car si le SCA affiche de belles vertus , il affiche aussi malheureusement quelques faiblesses : «  Notre  jeu au pied n’est pas suffisant , pas assez haut, pas assez en pression. C’est une de nos grosses lacunes. Par exemple Fortassin n’a pas fait grand chose mais il a fait la passe intérieure à l’origine de l’essai, et le reste du temps il s’est contenté de mettre des coups de pieds mais d’une précision chirurgicale. Ce jeu est efficace surtout en période hivernale. Il est certain que notre jeu au pied doit être amélioré. C’est un des axes de travail que nous effectuons lors des entraînements ».

Il a noter que lors de la réception d’Albi, le pack lyonnais sera encore privé de Sébastien Chabal qui en termine avec sa suspension. Cela peut-il être considéré comme un avantage ?: « Vous savez, Lyon possède deux équipes, des garçons comme Leguizamon (NDLR une cinquantaine sélections avec l’Argentine) ,comme N’Zi et d’autres, il n’y a pas photo.
Notre but à nous,  c’est Tarbes dans trois semaines qui sera un match capital
 ».

Maurice Charbonnières  

Laisser un commentaire

Commentaires (0)