PRO D2: SCA : LE DEFI LA ROCHELLE

PRO D2 : SCA : PROCHAIN DEFI : LA ROCHELLE

Le groupe aura besoin du 16ème homme, le public, pour vaincre La Rochelle.

 

Pour la 17ème livraison de la saison 2013-2014, les Albigeois recevront samedi à 18h30 le Stade Rochelais pour un nouveau défi face au troisième au classement, place que les Maritimes partagent avec Pau, derrière Agen 53 points et Lyon 61. En sept confrontations les Rochelais n’ont jamais gagné à Albi, seule, le  23-05-2009,  la rencontre s’était soldée par un résultat nul. De son côté, Albi n’a jamais également gagné en Charentes Maritimes.

C’est donc un sacré défi qui attendent les « hommes » de Julien Raynaud car si la situation n’est pas réellement préoccupante en terme de maintien,   puisque disposant de quatre points d’avance sur le 14ème, Bourg-en-Bresse, 7 sur Auch avant dernier et 8 sur Carcassonne classé 16ème et dernier, il vaut mieux tout de même garder une certaine distance par rapport aux places de relégable. Il est certain qu’ après la défaite à Agen, il faut que le SCA gagne cette rencontre contre La Rochelle, comme d’ailleurs  le maximum de matches à domicile.

« C’est un match à 8 points pour Albi, La Rochelle a très peu perdu à l’extérieur. Ils viennent à Albi pour gagner, pour rester dans le trio de tête, donc cela passe par une victoire sur nos  terres albigeoises. Mais nous, nous avons également  besoin de points, donc ce sera un match à très gros enjeu. Il  va nous falloir essayer de contrer cette belle mécanique rochelaise . Face à une grosse affiche comme celle-là, nous aurons besoin d’être porté par le public car le groupe est très sensible à tout ce que peut lui apporter le seizième homme , comme on a l’habitude de qualifier le public. Il va falloir vraiment pousser derrière cette équipe car nous avons un gros et compliqué défi à relever pour lequel nous devons nous sentir soutenus.  » souligne Jean-Christophe Bacca.

« Cette équipe de La Rochelle on la craint beaucoup » renchérit Henry Broncan « C’est une équipe qui n’affiche pas beaucoup de défauts. Elle est très complète. Ce n’est pas pour rien qu’elle ambitionne de terminer dans les trois premiers pour pouvoir faire une demi finale à domicile . Derrière le leader actuel  Lyon, ce sera très difficile de revenir mais elle veut sa demi finale à domicile donc cela passe par un maximum de victoires et en particulier chez nous . Elle dispose de joueurs hors normes comme le pilier droit Atonio , peut être le meilleur pilier de France actuellement et qui est très jeune, 24 ans, puis ce buteur remarquable qu’ est Fabien Fortassin qui n’est pas seulement dangereux au pied mais a beaucoup progressé à la main, autrement dit deux joueurs qui ont largement le niveau du Top 14, avec les troisièmes lignes Gourjon et Bourdon. Donc cela va être un match très dur, très compliqué. A nous d’essayer de confirmer les deuxièmes mi-temps de Carcassonne et d’Agen et la partie la plus complète que nous avons réalisée à Bourgoin. Les joueurs sont évidemment inquiets d’autant qu’une vingtaine d’entre eux  sont en fin de contrat. Je comprend un petit peu  leur inquiétude. Pour le moment nous avons du mal à les rassurer. Nous allons faire le maximum pour être soudés , pour être serrés, pour essayer de mettre tous les soucis économiques de côté et pour faire le meilleur match possible. De toutes les façons, les joueurs ont tout à gagner à…faisant le meilleur match possible  car dans la mesure où ils sont en fin de contrat si on fait de bons matches on peut s’intéresser  à eux. Les dirigeants font le maximum à l’heure actuelle pour essayer de limiter les dégâts».

S’APPUYER SUR LE POSITIF D’AGEN

En termes comptables, la rencontre contre Agen sur l’herbe d’Armandie s’est soldée par une défaite (28-17). Mais pour autant tout fut loin d’être négatif. Si ce n ‘est évidement ce passage à vide d’un quart d’heure en fin de première mi-temps. La vidéo devait en partie révéler les lacunes affichées par le groupe pour encaisser en un quart d’heure tous essais avant la pause-citrons. Jean Christophe Bacca : « La vidéo n’a rien révélé de plus que nous ayons constaté au cours de la rencontre : nous avons pu seulement pointer du doigt les détails qui ont fait que l’on ait pris 21 points en première mi-temps. Et qu’Agen a su tenir le match notamment par son jeu au pied où ils ont été beaucoup plus longs, beaucoup plus précis que nous sur ces phases là. Ensuite quelques erreurs individuelles ont fait que l’on a pris des essais qui ont été néfastes au résultat final. On constate qu’il y a encore quelque travail à faire notamment sur le contre des mauls en l’occurrence agenais parce que le métier fait que ces mauls ne sont pas toujours licites et que dans ces cas là nous sommes souvent désarçonnés en voulant les contrer . Il va falloir évoluer face à ce genre de situation. Mais il y a des choses positives comme la conquête qui a été plutôt à notre avantage, et l’état d’esprit qui, encore une fois, a été remarquable face à une des grosses écuries de Pro D2 ».

Bref, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain : « Le grand  regret c’est de ne pas avoir ramené un point d’Agen, parce que nous marquons quand même trois essais, un en contre avec une très belle anticipation de Gabriel Lacroix et deux essais très, très bien construits avec de la patience. Mais là où le bât blesse c’est dans le jeu au pied où nous avons été vraiment en dessous par rapport à Burton Francis et Alexi Bales. L’autre point négatif a été le jeu sur les balles aériennes ,  nous avons été largement battus dans ce domaine là, beaucoup de ballons perdus aussi dans l’affrontement et enfin  une défense sur les petits côtés très aléatoire, indigne d’une équipe de Pro D2. Ces lacunes expliquent en particulier cette fin de première mi-temps catastrophique. Mais il y a du positif : c’est le fait que les joueurs sont revenus dans le match, que les remplaçants ont beaucoup apporté , cela fait d’ailleurs trois fois en suivant que les remplaçants comprennent enfin ce qu’on leur demande.
Nous gagnons la deuxième mi-temps 17 à 7, c’est une maigre consolation parce  que l’on revient avec deux blessés, Baptiste Hecker avec une déchirure aux ischio-gambiers et Baptiste Bonnet est très incertain avec une accromio claviculaire . Il faut attendre les prochains entraînements pour connaître la décision du corps médical. Cela  prouve que cette rencontre à Agen a été  très dure. C’est pour cela que cette semaine il faut essayer de récupérer pour attendre de pied ferme cette équipe de La Rochelle 
». 

Au delà de cette analyse à froid, le staff albigeois et plus particulièrement « son chef d’orchestre » se montre satisfait «  Vous savez quand on est mené 21 à 0,  un peu contre le court du jeu  parce ce que l’on fait 25 minutes très bonnes, où  on est chez eux, mais on ne réussi pas à marquer par manque de confiance, de patience. Mais  à 21 à 0 on revient bien dans ce match, on les inquiète, avec en particulier nos deux centres, Bonnet et Hecker,  qui ont été énormes surtout en défense. Bref la grosse déception c’est d’avoir fait autant d’efforts et de ne ramener aucun point d’autant que pendant ce temps là Bourg-en-Bresse bâtait Bourgoin et Auch tombait Pau. Je confirme que ce sera à la sirène du dernier match que l’on verra les deux équipes qui descendent. Tout le monde s’accroche, à nous de nous accrocher, de faire les efforts ».

Autre point positif de ce dernier week-end, c’est la victoire des Espoirs à Lyon car « cela va nous permettre certainement de remplacer les éventuels blessés par des éléments qui ont un bon niveau issue du groupe de Espoirs » dixit Henry Broncan.

Maurice Charbonnières

 

Laisser un commentaire

Commentaires (2)