PRO D2/ SCA-CARCASSONNE : NE PAS RATER LA MARCHE!

PROD 2/ SCA : NE PAS RATER LA MARCHE AUDOISE.

Henry BRONCAN : « Je sais que samedi contre Carcassonne ce sera un match très difficile. Encore une fois »

Rémy LADAUGE : « Si on respecte les schémas de jeu, on gagne. La victoire à Bourgoin devrait permettre aux joueurs de prendre confiance dans leur potentiel ».


UNESCO contre UNESCO, La Cîté de Carcassonne contre la Cité Episcopale d’Albi. Que voilà déjà un programme alléchant. Toutefois on peut s’imaginer que l’Union Sportive Carcassonnaise ne fera pas samedi le déplacement d’Albi pour venir comparer les atouts touristiques d’Albi à ceux de Carcassonne et vice versa. L’enjeu de ce que l’on peut qualifier de derby placé sous les mêmes couleurs « jaune et noir » est d’une simplicité évidente : Carcassonne rentrera dans l’enceinte du Stadium Municipal d’Albi avec un seul objectif, prendre à Albi les points nécessaires pour abandonner à d’autres cette place peut enviable de possible relégable. De leur côté, les Albigeois afficheront la même ambition mais pour se donner encore plus marge en vue du maintien. Suspens et dramaturgie garantis !

A chacune des équipes de mettre les ingrédients pour sortir avec les quatre points de la victoire. Pour les Albigeois il faudra mettre en oeuvre la même stratégie que celle qui a permis d’emporter la feuille de match dans l’Isère :  « A Bourgoin, les schémas de jeu ont été respectés, les joueurs ont mis en place un jeu au pied d’occupation et une conquête efficaces, une grosse défense. Pour gagner à l’extérieur, cela peut suffire. De toutes les façons pour gagner à Bourgoin,  il fallait passer par un jeu d’avants et une défense extrêmement étalée, donc il fallait s’imposer devant, le pack d’avants a su le faire, félicitations à lui. Après, il y a eu un axe 8-9-10-15 qui a été performant tout au long du match et une paire de centres solide au milieu du terrain que ce soit offensivement ou défensivement, donc nous avons su mettre en place un  jeu très solide qui nous a permis de remporter le match à Bourgoin. J’espère que cette victoire permettra aux joueurs de  prendre confiance dans leur potentiel.  » Voilà pour une explication signée  Rémy Ladauge, l’entraîneur adjoint d’ Henry Broncan. Autrement dit remporter une victoire c’est… facile dans la mesure où l’on applique sur le terrain les consignes données dans les vestiaires, mais également les schémas de jeu étudiés  lors des entraînements. Facile certes, mais parfois cela s’avère compliqué lorsque rien ne fonctionne comme on le souhaiterait.

CARCASSONNE, UN MATCH DE TOUS LES RISQUES

Une victoire à l’extérieur, comme celles de Bourg-en-Bresse ou de Bourgoin et à un degré moindre un nul comme à Auch  ont  une double vertu : cela  permet d’une part de conforter son classement et donc de s’éloigner de la zone rouge et d’autre part de redonner  le moral au groupe. Encore que !. Henry Broncan : «  Le moral, les joueurs l’ont toujours gardé,  les défaitistes vous en avez  dans tous les pays. Nous,  nous avons le moral, après, si Carcassonne venait à nous battre samedi  c’est que cette équipe sera meilleure que la nôtre. Cette équipe a beaucoup de malheurs depuis le début de la saison, mais il suffit qu’elle trouve un déclic et elle serait très dangereuse, nous le savons. Je pense que l’entraîneur, Philippe Guicherd connaît très bien notre équipe, ne parlons pas de Pierre Saby ou de François Tisseau qui ont été deux éléments clé de notre équipe et qui nous connaissent parfaitement. Je sais donc que samedi soir ce sera très dur, encore une fois »..

Un grand  bol d’oxygène donc pris dans l’Isère avant de recevoir Carcassonne, mais bien plus que cela : une route dont il ne faudra pas dévier. « A Bourgoin, il n’y a pas un joueur à mettre en exergue, ce sont les 23 qui ont gagné le match. Quand les remplaçants se mettent à l ‘unisson des titulaires, qu’ils se consacrent absolument  à leur rôle de remplaçants, et qu’ils savent qu’être   remplaçant c’est très difficile donc il faut être encore plus concentré, notre équipe quand elle est comme cela, elle est difficile à battre. Il est vrai aussi qu’il y a eu un pêché d’orgueil de la part de Bourgoin qui,  pensant à son match du week-end suivant à Narbonne,  n’a pas tenté les deux premières pénalités. Cette équipe  nous a sous estimés, à nous justement de ne pas sous estimer nos prochains adversaires. C’est une leçon à ne pas oublier d’autant que nous savons que Samuel Marques est très incertain, que pour Yoann Chateauraynaud , j’espère que cela ira sinon on fera confiance au jeune Théo Entraygues qui n’a pas démérité lorsqu’il a fait sa mi-temps à Auch. Donc une nouvelle fois nous puiserons dans les rangs de nos jeunes».

CONSERVER L’ESPRIT DE GROUPE

Si le rôle des avants est primordial, il n’est pas seul  à pouvoir faire gagner une rencontre. Henry Broncan : « Effectivement si les avants ont fait leur match, il faut souligner que nos deux centres, que personne n’a vu, Hecker et Bonnet ont été énormes, c’est eux qui ont tué tout ce qui passait à portée. Le pack des avants, a fait son match, il  s’est repris par rapport à sa prestation face à Mont-de-Marsan au cours duquel, il faut le dire, il a été souvent injustement pénalisé. Par contre les deux centres ont fracassé tout ce qui passait à côté. Au rugby quand vous êtes fracassés ce n’est pas facile de jouer. Bourguoin a mis beaucoup de temps à comprendre qu’il fallait jouer au pied. Au début ils ont essayé de jouer les duels contre Bonnet et Hecker, je crois qu’ils se sont cassés les dents ».

Avant d’entrer sur le terrain, pour le coach,  y a t il un discours particulier à tenir ?

« Non, le discours nous ne l’avons pas tenu avant d’entrer sur le terrain. Nous sommes partis vendredi matin  tous ensembles. Nous avons vécu 48 heures en vase clos, dans notre bulle, et je crois que jamais nous n’avons été aussi prêts pour aborder une rencontre, sauf à Bourg-en-Bresse ».

Naturellement, pour les joueurs en général et en particulier pour  Julien Raynaud, le capitaine, il est des lendemains de match plus agréables que d’autres. « C’est certain, je crois qu’aujourd’hui (lundi NDLR) tout le monde est content, cela va nous permettre de travailler plus sereinement . Mais nous allons rester humbles par rapport à cette victoire. Avant la rencontre nous nous sommes regroupés, nous étions seuls entre nous, staff et joueurs,  lors de ce long déplacement, à l’hôtel (il y avait 7 supporters originaires de Valence d’Albi a avoir fait le déplacement), cela a permis de se retrouver. Nous étions allé à Bourgoin avec des intentions. On connaissait nos qualités de joueurs, mais nous n’arrivions pas à les mettre en place, nous manquions parfois d’envie. A Bourgoin nous y avons mis les ingrédients pour faire une performance. Mais la venue de Carcassonne se profile et c’est ce match là qui s’avère déterminant ».

Le risque d’un relâchement ne peut-il être craint ? Réponse du capitaine albigeois : «  Certainement pas. Je crois qu’Henry a  remis les pendules à l’heure très rapidement aujourd’hui (NDLR lundi pour la reprise des entraînements précédée de la traditionnelle séance vidéo). Pour nous, cela fait quinze jours que l’on a Carcassonne en tête, c’est dans notre démarche avec le match de Bourgoin qui s’est soldé par un bon résultat, mais clairement la venue de Carcassonne au Stadium est primordiale pour la suite de la saison »

Maurice Charbonnières

Laisser un commentaire

Commentaires (0)