PRO D2/ SCA-BIARRITZ: UN SAUT DANS L’INCONNU!

PONNAU Cyriac

PRO D2/ SCA –BIARRITZ : UN SAUT DANS L’ICONNUE !
Cyriac PONNAU : » Le MATCH DE BOURGOIN EST DIGERE, IL FAUT VITE SE CONCENTRER SUR BIARRITZ CAR NOUS NOUS ATTENDONS A UN GROS COMBAT »

Géronimo, la mascotte du Biarritz Olympique qui anime les avants matches de l’équipe basque depuis des lustres, sera-t-il sur la pelouse du Stadium dimanche après-midi ? La question peut apparaitre anecdotique. Elle l’est moins qu’elle n’y parait car la « survie » de la mascotte basque est en question au sein même du club biarrot où sa disparition a été un moment envisagée car s’inscrivant dans la situation du club après sa rétrogradation en Pro D2.Surtout par rapport au sort de nombreux collaborateurs et joueurs du BOPB qui se sont retrouvés sur le carreau quand le club a rencontré ses difficultés et a connu les affres de la descente en Pro D2. Mais en même temps, on ne se débarrasse pas d’une mascotte qui a accompagné l’équipe chère aux Biarrots, comme d’une vieille chaussette en l’oubliant dans un coin. Cette situation a ému nombre de supporteurs et suscité une mobilisation assez forte sur Facebook et les réseaux sociaux. Il fallait régler ce problème dignement et en famille, même si dans une famille aussi, on n’est pas toujours d’accord. Serge Blanco a tranché et donné le feu-vert au « peau rouge » pour retrouver Aguilera. Pour autant sera-t-il du déplacement d’Albi ? Le cas Géronimo préfigure en quelque sorte la situation du club basque confronté à une rétrogradation sportive au terme d’une saison 2013-2014 calamiteuse.. En réalité côté BO, lors de la première journée de championnat, après une rencontre jouée à domicile et quelque peu tirée par les cheveux, avec une victoire sur le plus petit écart (16-15), l’ex- Albigeois, Catalan de l’USAP et Palois, Kevin Boulogne ayant marqué la pénalité accordée par l’arbitre à 2 minutes du trille final suite à une grossière faute du cantalien Leiatanua et ainsi a sauvé « les meubles », la question n’est pas là. La question est que le groupe doit s’adapter à la Pro D2.En outre il est déjà confronté à une infirmerie copieusement garnie avec comme pensionnaires plus ou moins atteints Benoît Baby(œil), Ben Broster (Genou) ; Seremaia Borutu (genou), Laurent Cabarry (cuisse) ; Stephane Clément (dos), Paul Couet-Lannes (cheville) ; Nick de Luca (cheville) ; Julien Gola, Eric Luad (talon d’achille), Mathias Marie ( poignet) ; Takudzwan Ngwenya (genou) ; Philip Van du Walt (dos) Eugène Van Staden ( cheville) ; Dan Waenga ( Epaule). Cette descente vers le deuxième étage du championnat professionnel s’est traduite également et peut-être surtout, par d’importants mouvements au sein de l’effectif avec côté départs : Brew (Newport), Genevois (Perpignan), Gomez Kodela (Bordeaux-Bègles), Héguy (Grenoble), Lesgourgues (Bordeaux-Bègles), Ménini (Toulon), Peyrelongue (Dax), Rodriguez (entr.), Faugeron (entr.), Traille (Pau), Yachvili (retraite), Lakafia (Stade français), Barcella (Toulon), Furno (Newcastle), Synaeghel (La Rochelle), Guyot (La Rochelle), Dubarry (Racing Métro), Thomas (Racing Métro), Harinordoquy (Toulouse), Taele, Pietersen. Pour faire face à cette hémorragie le club biarrot a recruté Boussuge (sans club), Clément (La Rochelle), De Luca (Edimbourgh), Hewitt (Sharks), Y. Le Bourhis (La Rochelle), Montanella (Newcastle), Noirot (Toulon),), Marienval (La Rochelle), Cabarry (Agen), Boulogne (Pau), I. Fono (Tarbes), Evans (London Irish), Davies (Reds), Hamdaoui (Clermont), Van Der Walt (Cheetahs), Davies (Reds) et au titre du staff sportif August , O’Sullivan (IRL). Chadabech venu de Lille.
SCA/ BIARRITZ : DOUBLE ENJEU

Biarritz est une équipe que les Albigeois n’ont pas affrontée depuis le Top 14. C’est donc un plongeon dans l’inconnu. Pour autant, dangereux serait un excès de confiance exagéré pour les Albigeois après leur victoire quant au résultat probant (32-23)et surtout quant à la manière avec quatre essais à la clé. Car Biarritz reste Biarritz autrement dit un groupe dont l’ossature possède le rythme du Top 14.
D’ailleurs Cyriac Ponnau, le talonneur « Jaune et Noir » ne s’y trompe pas : pas question de considérer cette deuxième rencontre du championnat 2014-2015 comme une simple promenade de santé « Si on pense cela, je crois que l’on se tromperait largement parce qu’il ne faut pas oublier que Biarritz a joué son premier match à domicile en descendant de Pro D2 et c’est une situation très difficile à négocier, car on sait que l’on est très attendu. Biarritz a su se sortir du piège d’Aurillac. Ensuite c’est un groupe qui, à tous les postes, disposent de très bons joueurs qui gagnent globalement leurs duels. Donc nous nous attendons à un très gros combat à Albi. Je pense que le match de Bourgoin est maintenant digéré et il faut vraiment que l’on se concentre parce qu’il faut valider ce match de Bourgoin. C’est sûr qu’une victoire à l’extérieur fait du bien au moral mais ce n’est pas une fin en soi, loin de là. Dimanche soir quand nous aurons gagné contre Biarritz nous pourrons savourer tout cela. Pour l’instant il faut confirmer ». Cette semaine, les entraînements ont été consacré pour partie à éviter les trop nombreuses fautes qui sanctionnent chaque match depuis le début de la saison. Récolter trois cartons jaunes et jouer 30 minutes à 14 pourraient dans l’avenir se passer un peu moins bien que dans l’Isère. Cyriac Ponnau : «  Nous avons mis beaucoup d’envie à Bourgoin, c’est sûr, comme sur les matches amicaux. A Bourgoin nous faisons cinq fautes évitables, il va falloir que l’on gomme ça rapidement parce qu’il est clair que face à une équipe qui vient du Top 14, comme Biarritz, cela risque d’être très, très compliqué pour nous ». L’une des nouveautés de cette saison est la concurrence à pratiquement chaque poste. «  Disons que nous avons la chance d’avoir « de beaux mecs » dans le groupe mais aussi d’avoir un groupe qui vit bien, qui pense collectif et donc à partir de là, cela fait beaucoup de bien ».
Cette réception de Biarritz présente un double enjeu  : confirmer l’excellent début du championnat à Bourgoin et inciter le public a encore plus soutenir « son équipe ». Car le seizième joueur, à savoir le public, aura un rôle important à jouer contre les Basques mais également tout au long de la saison.

Maurice Charbonnières

Laisser un commentaire

Commentaires (0)