PRO D2/ SCA- BIARRITZ : ON PREND (presque) LES MÊMES !

BONNET BaptistePRO D2/ SCA- BIARRIZ : ON PREND (presque) LES MÊMES !

Romain BARTHELEMY REMPLACÉ par Baptiste BONNET

UGO MOLA : « A MOMENT DONNÉ IL FAUT SE DIRE QUE LE RUGBY EST UNE CHOSE SIMPLE, IL NE FAUT PAS L’INTELLECTUALISER PLUS QUE DE MESURE »

A l’exception de Romain Barthélémy victime d’une légère accromio et que le staff a décidé de préserver, remplacé par Baptiste Bonnet, c’est le groupe qui a fait le déplacement à Bourgoin qui est reconduit pour accueillir dimanche à 15h30 le Biarritz Olympique. Par contre pour le retour de blessures de Julien Raynaud, François Herry, Florent Fourcade, Quentin Valaçon et Maxime Payen, il faudra attendre encore avant qu’ils ne rechaussent les crampons même si les tests passés par certains (Raynaud, Fourcade notamment) sont plutôt encourageants.Le groupe sera composé de Lafoy, Ponnau, Hamadache, André (cap), Damiani, Faleafa, Farré, Tavalea, (m) Chateauraynaud, ( o) Hough, Rokoduru, Bonnet, Taumoepeau, Lacroix, Peluchon, Djebablah, Dedieu , Tonga Gau, , Dawetavalu, Calas, Rick, Hecker, Sheklashvili,  Si le résultat enregistré à Bourgoin a été commenté toute la semaine par les supporters, par contre pour Ugo Mola, le manager, c’est un sujet qu’il a fallu évacuer pour se plonger rapidement dans la rencontre face à Biarritz. «  Cela a été une semaine compliquée après un retour en bus assez pénible et long parce que nous sommes rentrés dans la nuit de samedi à dimanche à 5/6 heures du matin. Honnêtement jusqu’au mardi on a senti que les organismes étaient secoués et fatigués. Nous n’avons pas forcément récupéré comme on l’espérait et du coup, nous avons aménagé la semaine sur la partie rugby pour être plus sur des séances plus courtes et le plus dynamique possible, mais pas forcément sur un créneau classique comme les semaines que nous avions faites depuis le début. Donc nous avons été un peu obligés d’aménager les séances ». Zoom arrière sur cette rencontre de Bourgoin. Pour Ugo Mola, le passé c’est Bourgoin, le présent c’est la réception de Biarritz «  Bourgoin c’est loin maintenant. Nous sommes satisfaits d’avoir pris quatre points. Après nous sommes passés dès le lendemain au match contre Biarritz. Bourgoin, nous nous en réoccuperons lors de la phase retour. Honnêtement nous avons été très rapidement sur ce que représentait l’équipe de Biarritz, ses forces vives, sa capacité à nous mettre à mal sur le match de dimanche. Donc on s’est vite concentré sur l’adversaire du week-end d’après » L’un des points récurrents sur les quatre rencontres disputées dont trois en match amical et une en championnat , c’est évidemment le problème de l’indiscipline qui s’est traduit notamment à Bourgoin par 30 minutes jouées à 14 pour trois cartons jaunes. Ugo Mola «  C’est un problème amplifié par les cartons jaunes parce que sur le nombre de pénalités on était plutôt dans les clous parce que nous avons été plutôt moins pénalisés au cours de la première mi-temps à Bourgoin. On tourne de manière positive au score, donc c’est un problème qui a mon sens est un faux problème. Il s’agit de régler deux ou trois petites attitudes individuelles plus que le travail collectif qui a été effectué puisque nous étions à 15/16 fautes par match et que nous étions à 12/13 sur le match de Bourgoin, à l’’extérieur, c’était donc plutôt positif ».
LES BIARROTS SONT ATTENDUS
Pour revenir sur le présent et donc la réception de Biarritz, Ugo Mola ne tire pas de plan sur la comète : « Cette rencontre, comme tous les matches, sera un peu particulière avec une équipe qui, dans les années 2000, et encore il y a très peu de temps, caracolait en tête du Top 14 et de la scène européenne. Bien sûr, vous allez me dire, ce ne sont pas les mêmes joueurs, mais moi je crois à l’inconscient culturel des clubs, et je crois en la capacité qu’ont les équipes de générer un rugby efficace, notamment à l’extérieur. Biarritz a toujours été redoutable à l’extérieur, et cela est ancré dans le club, dans la capacité qu’il aura défendre, à occuper, à mettre des points au pied, donc ce sont des choses qui font que c’est une équipe qui sera redoutable à manœuvrer. Les faiblesses de Biarritz, honnêtement, il n’y en a pas beaucoup. On sent que c’est une équipe qui se met en place ces derniers temps, avec pas mal de changements, de staff, de division. Donc elle va mettre du temps à appréhender le championnat de Pro D 2, mais après cela restera une équipe compétitive pour le haut du tableau de par la qualité de son effectif, de son encadrement, et encore une fois la connaissance du haut niveau. Les points forts de Biarritz resteront toujours la conquête, la défense, et le jeu au pied qui en ont fait une équipe redoutable dans les années 2000. » Y-a-t-il une réelle différence entre le Top 14 et la Pro D2 ? Ugo Mola : « Honnêtement, je n’ai pas encore remarqué qu’il avait un niveau Pro D2, je pense que ce sont des matches de rugby qu’il faut appréhender comme tels, avec la stratégie adaptée à l’équipe contre laquelle on joue, l’adaptation permanente qu’il faut sur la conquête, sur le jeu, sur la défense. Donc je pense qu’à un moment il faut se dire que le rugby c’est simple, et qu’il ne faut surtout pas l’intellectualiser plus que de mesure. Il y a des moments où il faut faire des choses simples, avancer, être en mesure de tenir le ballon et puis le match et l’engouement aidants, si on peut être ambitieux c’est encore mieux ». « Je vous parlais de l’inconscient culturel de Biarritz. Pour Albi cela a toujours été depuis l’ère Béchu, de mettre beaucoup de combat, donc nous n’allons pas déroger à la règle, après il faudra que l’on soit en mesure de combattre avec notre tête, et pas forcément avec la bêtise qui a pu être la nôtre sur certains cas ». Un enjeu qui méritera lui seul le déplacement c’est la tenue de Kevin Boulogne qui dimanche dernier, contre Aurillac, a évité aux Biarrots une première désillusion. Ugo Mola : «  Kevin Boulogne, est un garçon qui a marqué un peu petit passage à Albi, puis il est parti sous d’autres cieux depuis quelques saisons. Pour nous il été question à un certain moment de le récupérer mais il en a souhaité autrement et surtout il a fait ses choix. Après honnêtement il jouait à un poste qui n’est pas forcément habituel pour lui, même si à Albi il avait beaucoup joué 10. Ce n’était pas un poste habituel pour lui, mais il reste un très bon joueur de rugby mais il y a des garçons qui m’inquiètent sinon d’avantage mais tout autant que Kevin Boulogne en face ».
BIARRITZ : UN BON TEST CONTRE ALBI
Après son succès dans la douleur contre Aurillac (16-15), Benoît Baby et les Biarrots se déplacent à Albi, équipe en forme. Un vrai test pour le BOPB selon les propos rapportés par Rugbyrama.
« ….C’est un championnat compliqué et comme on l’a vu sur la première journée, les scores sont assez serrés. Chaque week-end va être compliqué. Tout le monde s’est rendu compte que l’on était descendu d’un échelon. Mais c’est vrai que le dire c’est facile. Pour se le mettre dans la tête, il faut peut-être enchaîner les matchs, se dire qu’on est entré dans un championnat qui n’est pas facile et si l’on veut faire quelque chose d’intéressant cette saison, il faut s’y mettre rapidement. Et dès le week-end prochain à Albi pour montrer autre chose que cette prestation face à Aurillac. Vu le résultat qu’à fait Albi à Bourgoin où il n’est jamais facile de s’imposer, je pense qu’Albi est un bon challenge pour nous. Ils ont fait de bons résultats sur les matchs amicaux. On y va pour se jauger. On va rencontrer une équipe habituée à la Pro D2 et on va savoir sur quoi nous allons devoir travailler et sur quoi on devra s’appuyer pour être performant cette saison ».

Maurice Charbonnières

Laisser un commentaire

Commentaires (0)