PRO D2/ SCA-AURILLAC (30-29) UN POINT EGALE QUATRE !

PRO D2 / ALBI vs AURILLAC : UN POINT (30-29) QUI EN VAUT QUATRE

 

Le président de la LNR, Paul Goze, qui a assisté à la rencontre, a été le témoin privilégié d’une scène rare cette saison qui s’est déroulée en fin de rencontre, lors du retour du groupe albigeois aux vestiaires : sur le pas de la porte Henry Broncan s’est fendu d’une accolade à chacun des 23 joueurs et notamment une  très appuyée  au capitaine Julien Raynaud, lequel avait du mal à cacher son épuisement après un rude combat. Le geste d’un « père » à ses « enfants »qui ramènent collectivement de bonnes notes de l’école.

« Je veux rendre hommage aux huit remplaçants qui, aujourd’hui , ont fait ce qu’il fallait alors que jusque là on avait bien dormi durant la léthargie de la première mi-temps. Après, je vous avais dit qu’il fallait qu’il pleuve ce soir, juste il est tombé quelques gouttes (ah bon !) à la fin du match et c’est pour ça que l’on a gagné ! C’était les gouttes d’eau de l’espoir ». Henry Broncan, après cette victoire c’est même laissé aller à un peu d’humour, ce qui n’avait pas été le cas à Colomiers malgré un nul certes chanceux mais mérité. «  Je répète encore que ce championnat est très dur et que cela se jouera la dernière journée. Samedi nous avons un match très important contre Bourg-en-Bresse . Nous  n’avons pas besoin de faire les malins ce soir ». Chassez le naturel, il revient au galop… «  J’ai tellement perdu de matches à la dernière minute que, lorsqu’on en gagne un, la victoire est plus belle ». Voilà qui a le mérite d’être clair !

DE LA JOIE A ALBI , DES REGRETS A AURILLAC

« Les Cantaliens ont donc résisté pendant trois longues minutes juste devant leur ligne. Et l’arbitre a accordé un essai de pénalité »relate Jean-François Nunez l’envoyé spécial du quotidien la Montagne. Il poursuit reprenant les propos d’après match du demi d’ouverture et buteur cantalien  Maxime Petitjean (19 points) : « Nous avons fait l’un des meilleurs matches et surtout une belle première mi-temps. On a fait le jeu, on a montré un autre visage, on a été conquérant, mais…. »«  Mais la pilule est dure à avaler. Il y a quand même quelque chose qui coince et qui ne passe pas. Nous avons commis des fautes stupides et fait preuve d’indiscipline c’est un fait, mais l’arbitrage n’a  pas favorisé l’équipe qui a fait le jeu. Et tant qu’on sera arbitré comme cela… ».

Un bel hommage de la part de l’adversaire lequel par la bouche du demi de mêlée cantalien Paul Boisset témoigne : «  Nous avions le match en main. Et puis quelques fautes grossières et les cartons nous font sortit du match. A un de moins en mêlée c’était très dur de las contenir. Tant que c’est mathématiquement nous croyons à la qualification. Mais il est clair que ce soir marque un coup d’arrêt ».
 Pour autant tout ne fut pas parfait côté tarnais. Cinq touches vendangées. Cela fait tâche dans la joie collective. Joie de la victoire sur le fil exprimée, Henry Broncan redevient lucide : « En touche, beaucoup de problèmes, et je crois que les remplaçants ont beaucoup apporté aujourd’hui. La semaine prochaine j’espère que ce seront  d’autres remplaçants qui apporteront beaucoup. C’est  la victoire d’un groupe , car il y a crû jusqu’au bout et ce n’était pas facile d’y croire à moment donné. Nous avons quand même beaucoup de problèmes. Je ne veux pas faire comme à Colomiers, ne pas être trop content, mais nous avons de grosses lacunes dans notre jeu. En première mi-temps nous avons été dominés en mêlée, la touche tout au long de la rencontre a été  incapable de s’adapter aux sauteurs d’Aurillac. On connaît le jeu d’Aurillac que j’aimerais bien pouvoir pratiquer. Si j’ai changé à la mi-temps la première ligne c’est qu’il fallait la changer, ainsi qu’en troisième ligne ave Loïc Mondoulet puis le demi de mêlée ».

Le journaliste cantalien résume le coup de massue qui est tombé sur la tête des « hommes » de Jakobus Kemp, lorsque l’arbitre a accordé un essai de pénalité et la victoire aux locaux au terme , il faut le préciser, d’un temps de jeu aux abords des perches cantaliennes au cours duquel, le pack albigeois a mis au supplice son vis à vis réduit à 7 et un premier essai refusé sous la barre après consultation de l’arbitre d’en but. Mais ce n’était que partie remise (voir compte rendu du match).Version d’Aurillac : «  Les Cantaliens ont en effet montré beaucoup de choses avec le ballon. Mais il s’en veulent de ne pas avoir su ou réussi à définitivement « tuer » le suspense histoire de se mettre à l’abri. Les conditions étaient réunies pour pouvoir enfin mettre en place des choses et on a saisi une opportunité , selon Maxime Petitjean . Mais on a laissé Albi revenir dans la partie » . Menant 23-11 à la mi-temps Aurillac s’est-il  cru le plus beau ? C’était sans compter avec les vertus affichées par les « jaune et noir » qui samedi soir se sont enfin réellement exprimées.

REACTION

Réactions de Jean-Christophe BACCA « C’est vrai cardiaques s’abstenir. Mais il faut vraiment tirer  un gros coup de chapeau à ce groupe qui a su réagir en étant mené de douze points face à une équipe d’Aurillac qui a récité son rugby de la meilleure des façons, avec une conquête en place, qui a  joué quasiment tous les ballons et  nous ont posé énormément de problèmes . A la mi-temps on se trouvait mal embarqués . Cela devenait très compliqué, mais nous avons vu les vertus de ce groupe quand il a décidé de ne pas lâcher, quand il a décidé de se révolter. Il a montré toute l’étendue de ses qualités. On a encore un passage à vide de dix minutes, avec un essai casquette derrière, et on se retrouve au fond du trou d’où on a du mal à sortir. Et en deuxième mi-temps ça s’équilibre, on revient, on prend le dessus. Les Albigeois sont allé chercher la victoire . Encore une fois bravo . mais il faut gommer toutes ces imperfections qui font que nous les attendions sur la conquête et on a vu que nous avons  été dominés en première mi-temps . Nous avons réussi à réagir en seconde mi-temps en mêlée mais en touche l’adversaire nous a posé des problèmes toute la partie . C’est là dessus qu’il faut que l’on grandisse, car nous avons beaucoup de soucis dans ce style match-là. Dès que l’on est un peu contrés, qu’un grain de sable se met dans notre belle mécanique on a du mal à réagir. Aujourd’hui on a réagi, ce qui est très bon. Nous sommes très contents de cet état de fait mais il va falloir que l’on se mette à l’abri plus vite les prochains matches à Albi parce que c’est très compliqué à gérer ».

Une victoire sur cinq prévues à domicile…,il en reste quatre. Prochaine étape dès samedi prochain avec la réception de Bourg-en Bresse , club monté de Fédérale 1 , mais qui aujourd’hui fait figure d’épouvantail. La victoire arrachée dans l’Ain devra être oubliée pour  ne pas vendre la peau de l’ours….

Maurice Charbonnières

 

 

Laisser un commentaire

Commentaires (0)