PRO D2/ SCA : APRES BOURG….AVANT BEZIERS…DES RAISONS D’ESPERER

PRO D2/ SCA : APRES BOURG …AVANT BEZIERS

 

DES RAISONS D’ESPÉRER !

 

Les ESPOIRS du SCA BATTENT BORDEAUX-BEGLES 24-22

 

« Dans le duel des mal-classés, Albi a empoché un succès crucial contre Bourg-en-Bresse alors que  Carcassonne et Auch ont perdu » analyse Rugbyrama sous le titre Albi prend ses distances sur la zone rouge.

Dans sa chronique d’après match , la Ligne Nationale de Rugby (LNR) constate sous le titre : « le SCA enchaîne,   avant ce week-end, Albi avait laissé entrevoir un net renouveau après une période délicate en arrachant le nul à Colomiers avant de s’imposer sur le fil face à Aurillac. Face à Bourg-en-Bresse, dans son antre, le SCA, qui était lanterne rouge du classement à domicile a enchaîné et prouvé qu’il allait mieux… ».

Oui, face à Bourg-en-Bresse le SCA a empoché un succès crucial, oui contre Colomiers, Aurillac et Bourg-en-Bresse le SCA a laissé entrevoir un net renouveau. Pour autant, faut-il s’emballer et ne voir la fin du championnat que comme un long fleuve tranquille ? Sombrer dans l’euphorie risquerait de se traduire par des  réveils difficiles car si, les « Jaune et Noir » sont crédités de 40 points et donc disposent d’un matelas de 8 points sur Bourg-en-Bresse, 11 sur Carcassonne et 13 sur Auch, lanterne rouge, il reste encore huit rencontres à disputer dont 5 déplacements ( Béziers, Narbonne, Pau, Mont-de-Marsan, Carcassonne) et 3 réceptions (Dax, Auch, Bourgoin). Or,  à l’exception de Béziers et Carcassonne « jouables » à l’extérieur , les déplacements à Narbonne, actuellement sur un petit nuage et qui enfile comme des perles  les bonus offensifs chaque week-end, Pau qui  vise la qualification aux phases finales et Mont-de Marsan, seront, à l’évidence, plus difficiles à négocier. Restent les trois réceptions, qui, elles, sont autant de victoires potentielles. Force est donc de constater que le SCA est aujourd’hui en ballotage favorable  quant au maintien en Pro D2. Mais le staff sportif  albigeois (c’est le cas notamment d’ Henry Broncan) tient à mettre un bémol à  une ambiance trop euphorique en affirmant « nous ne sommes pas encore sortie de l’auberge ».Les calculettes chauffent au sein du staff sportif et des dirigeants,  les uns et les autres estimant entre 47-48  et 50 unités minimum pour garantir le maintien. Bref, il manque encore entre 2 ou 3 victoires pour être assuré de  participer aux « agapes » de Pro D2 la prochaine saison.  

L’IMPORTANT EST DE GAGNER CE GENRE DE MATCH

Toutefois  avant de « bâtir des plans sur la comète », il reste des problèmes à résoudre car tout ne fut pas parfait face à Bourg-en-Bresse . C’est du moins le sentiment exprimé en conférence de presse d’après match par un Jean-Christophe Bacca, le coach des avants, pas pleinement  satisfait de la prestation  de ses troupes rejoignant ainsi Henry Broncan dans son analyse (voir compte-rendu du match), mais aussi des décisions arbitrales de Monsieur Chalon qui a beaucoup joué du « sifflet- sanction » au cours de cette rencontre avec 26 pénalités dont 12 pour Albi (pénalités contre Albi  loin des perches à la 21ème minute, 23ème , 35ème, 47ème, -et 14 pour Bourg.

« Techniquement, il a, je pense,  un problème à résoudre au niveau de la communication du corps arbitral. L’arbitre nous sanctionne  deux fois sur le fait que l’on forme un maul sans qu’il y ait contact. Il y a donc écran des joueurs albigeois donc c’est sanctionné par Mr Chalon . Par contre la règle dit qu’on n’a pas le droit de refuser  le contact, c’est comme cela que l’on a arrêté ces équipes qui, comme Tarbes par exemple, venaient à deux, puis   reculaient systématiquement et ne laissaient pas l’équipe adverse faire un maul. Les responsables du corps arbitral on légiféré à l’époque et dit toutes les équipes qui refusent le contact doivent être sanctionnées. Mr Méné avait précisé  récemment  à Henry Broncan , ces touches « fantômes» doivent être sanctionnées. Il semblerait que  Mr Chalon n’a pas eu l’information puisqu’il nous prend deux fois, ce qui veut dire que les mauls on ne peut plus les former puisque systématiquement on est pénalisé . C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas pu nous appuyer plus sur cette phase de jeu ». Ceci concerne l’interprétation du règlement. Reste la qualité du jeu proposé par le groupe commandé par Yohann Misse :  « L’indiscipline est un mal récurent chez nous mais  aujourd’hui on gagne , c’est ce qu’il faut retenir. Par contre je n’ai pas compris l’arbitre sur nos mauls, il faudra que j’ai une explication avec lui .Nous  avons eu tous les ballons en touche mais en bas on se fait pénaliser. Soit disant, on faisait écran, il faut que l’on travaille ça car je n’ai pas compris. Après oui, cela a bien marché en touche , nous avions bien bossé cette semaine . Je pense que l’alignement de  Bourg était moins fort que celui d’Aurillac. Donc cela a payé. Mais avec tous les ballons que nous avons pris en haut si nous avions eu des pénalités à chaque fois que l’ on formait un maul ,nous aurions eu plus de points . Cela a été un mystère pour moi pendant le match , l’arbitre ne m’a pas donné trop d’explications . Il faut le voir avec lui ».

Jean-Christophe Bacca : « Ce sont des matches difficiles à jouer, compliqués à construire, et même , j’imagine, à regarder parce ce qu’ils ne sont pas spécialement intéressants, mais l’important c’est de les gagner . Il y avait une grosse pression sur ce match là, c’était un  match à 8 points. Il faut tirer tout de même un grand coup de chapeau au groupe qui s’est accroché, qui n’a rien lâché. Nous avons quand même fini le dernier quart d’heure à 14 et on ne s’est pas affolé, nous sommes restés calmes, nous sommes restés dans le match. C’est le point positif.  C’est l’évolution de ce groupe, on sent qu’il y atteint  une maturité. Mais il y a encore beaucoup de déchets , beaucoup de défauts. Toutefois  sur l’ensemble du match Bourg-en -Bresse n’usurpe pas sa place de premier non-relégable . Nous avons fait un match comme il le fallait. Effectivement, vu les opportunités offensives que nous avons eu, dans d’autres circonstances nous aurions pu marquer plus d’essais. C’est vrai que dans de tels matches compliqués on se dit que la moindre erreur, le moindre en-avant peut entraîner des conséquences énormes et donc les joueurs n’arrivent pas à se lâcher . Ce match a été cadenassé mais  on l’a gagné, c’est le plus important ».

Force est de constater que par au moins deux fois Albi se retrouve en terre promise et par deux fois les essais sont refusés : « Baptiste Bonnet fait un en avant, donc essai refusé, mais par contre sur le premier Cyriac Ponnnau avance, tombe dans l’en-but, l’arbitre ne demande même pas l’avis de son juge d’en-but. Il doit être bien placé pour le voir, nous on est loin, c’est donc qu’il a de bonnes raisons de le refuser, toutefois on marque sur la mêlée accordée suite à  cette action de jeu. Mais il y a eu d’autres occasions que  nous aurions pu  mettre au fond, ce que nous aurions fait dans d’autres circonstances ».

RÉACTION
Rémy Ladauge : «  Nous avons été fébriles. Face à une équipe située un peu plus en haut du tableau, peut-être que nous aurions payé un peu plus cher cette fébrilité . Bourg a été incapable de marquer un essai. Quand je vois l’entame , la première séquence défensive où  ils prennent l’eau de partout, alors tu te sens fort, après on craque mais sur le secteur défensif , bien que la paire de centres sur les matchs précédents avait  été très efficace , aujourd’hui on a retrouvé un Baptiste Hecker et un  Baptiste Bonnet au sommet de leur forme , très agressifs dans les impacts et cela s’est ressenti  sur le plan défensif. Nous avons également retrouvé une touche à l’aise toute la partie. Sur la conquête cela a été correct. Ce qui me frustre c’est que c’est un match où je pensais au bonus offensif, j’y pensais avant, j’y pensais pendant parce que je sais que nous en étions  capables. Mais nous sommes toujours sous l’emprise de la fébrilité ».

Si on s’appuie sur les bonnes choses montrées contre Aurillac,, si on élimine  les quelques  moins bonnes face à Bourg, on peut espérer que les Albigeois, dégagés de cette fébrilité « at home »,  pourront , loin de leur public, jouer libérés comme ce fut souvent le cas cette saison (Agen, Bourgoin, Bourg, Lyon) et donc qu’ils tenteront  de réaliser  l’exploit à l’extérieur et tout d’abord au Stade de la Méditerranée, ce qui serait synonyme de nouvelle étape vers  le maintien. Ce moral de vainqueur, le retour espéré à la tête de l’équipe de Julien Raynaud , débarrassé de ses problèmes d’épaule, même si  son « suppléant »Yohann Misse, a fait son boulot et est à créditer d’une excellente partie  comme « patron » mais également et surtout dans l’alignement où il capte un maximum de ballons , devrait porter ses fruits à Béziers et au cours des prochaines semaines.  C’est du moins le vœu formulé par les supporters qui  espèrent fermement  camper dans le rugby professionnel…et plus si affinité !

 

VICTOIRE DES ESPOIRS

Les « Espoirs » ont battu dimanche après-midi les Girondins de Bordeaux-Bègles sur le score de 24-22 lesquels occupent une cinquième place au classement alors que les Albigeois restent 9ème à 1 point de Castres (8ème et 25 points) mais devant Paris (10ème  et 23 points).
Maurice Charbonnières

Laisser un commentaire

Commentaires (0)