PRO D2/ SCA 34- BIARRITZ16

LACROIX Gabriel

PRO D2 / SCA- BIARRITZ 34/16

                                                                                                     mi-temps20-9

Stadium Municipal Albi (15h30). . Maurice Charbonnières

Beau temps chaud. Vent léger favorable BO en 1ère mi temps. Excellente pelouse. 6 000 spectateurs. Match télévisé

Arbitre : Tual Trainini (Côte d’Azur)

SC ALBI :

Peluchon, Lacroix, Hecker (Bonnet 74°), Taumoepeau, Rokoduru (O Hough), (m) Chateauraynaud (Rick 40°), Farre, Tevalea, ( Calas 61°), Faleafa, Damiani (Tonga 61°), Andre( cap) (Maisuradze 74°), Hamadache (Sheklashvili 52° puis Hamadache 69°), Ponnau (Djebablah 52°) Lafoy(Dedieu 52°), , 64° sortie temporaire de Feleafa, rentrée du Lafoy (carton jaune de Dedieu).

4 Essais : Lacroix 4°-38°-Rick 47°- Taumoepean 73°)
4 Transformations : Peluchon 4°- 38°-47° -73°
2 Pénalités : Peluchon 12°-24°-
Carton jaune : Dedieu 64°

BIARRITZ :

Baby  (Couet-Lane   52°) ; Hamdaoui (Ngwenya 49°), Haget, Gimenez, Davies , ( o ) Boulogne (Baby 52°), (m) Lucu ; U. Fono (cap), Evans, Molcard, Hewitt,( I. Fono 62°) Soqeta (Marie 54°) Clément Van Staden 54°), Levi, Van Staden (Cabarry 30°/ 54°)
1 Essai : Lucu 60°
1Transformation : Baby 60°
3 Pénalités : Boulogne 33°-37°-40°
Carton jaune. Baby 24°

LE SCA CONFIRME A DOMICILE AVEC LA MANIERE !
LE SCA SECOND DU CHAMPIONNAT

 

Après la probante victoire dans l’Isère face à Bourgoin, les supporters albigeois étaient impatients de découvrir cette équipe du SCA version 2014/2015 dont tous les commentateurs vantaient les qualités de solidité et de rapidité.. Les 6 000 spectateurs ayant assisté à cette rencontre, jouée sous un chaud soleil, avec un léger vent de Nord-Ouest (favorable à Biarritz en première mi-temps) n’ont pas été déçus. Dès la 4ème minute , une fusée dénommée Gabriel Lacroix, plantait le premier essai. Cette action avait été bien préparée par Afusipa Faha Ivalu Taumoepeau (c’est son nom !) qui transperçait magistralement la défense basque( 7-0). On jouait depuis 4 minutes. A la 38ème minute le même Gabriel Lacroix, toujours mis sur orbite par le centre fidjien, poursuivait une attaque lancée par André Hough relayée par Taumoepeau et repassait les plats pour un deuxième essai,  action qui mettait en évidence la rapidité de cet ailier de poche. A cette minute les Albigeois menaient 20 à 6 car Mathieu Peluchon avait bonifié  les deux essais et ajoutait deux pénalités (12°-24°)). Les Biarrots devaient attendre la 33ème minute pour ouvrir leur compte points avec une pénalité consécutive à un hors jeu albigeois (30 mètres en bonne position) transformée par Kevin Boulogne,  puis celui-ci procédait à deux augmentations du capital sur des fautes « Jaune et Noir » à 36ème minute puis à la 40ème. L’ex-Albigeois avait raté les perches sur une première tentative de pénalité (19°) 38 mètres à droite avec vent favorable. Après une série de up and under, conclue par une pénalité pour les Biarrots, c’est Benoît Baby qui écope d’un « jaune »(24°) offrant à Mathieu Peluchon d’engranger trois nouveaux points. Puis l’ arbitre sanctionne les Albigeois, Kevin Boulogne choisi la pénal-touche . S’en suitvent deux lancers biarrots à 5 mètres de la ligne de but d’Albi, puis aux 22.. Mais la défense des Tarnais est impeccable et implacable et en plus ils déroulent tout en puissance et en vitesse. 20/9 c’était le score à la mi-temps. Les Basques, étaient venus  chercher au pied de Sainte-Cécile des réponses aux questions qu’ils se posaient après leur « petite » victoire contre Aurillac. Ils ont obtenu au moins une réponse, pas forcément celle qu’ils attendaient : ils sont tombés sur une équipe d’Albi particulièrement en forme.

Jean-Christophe Bacca tient tout de même à remettre les choses dans leurs perspectives : « Il a eu de bons tempos dans ce match avec des essais intéressants . Après il y a eu des moments où nous avons été un peu plus en difficulté sur la conquête. Sur la touche cela s’est plutôt bien passé. Sur la mêlée en début de 2ème mi-temps, suite au coaching des Biarrots, nous avons eu  des moments de faiblesse, donc nous avons « re-coaché » pour revenir un peu dans les clous. Le match, alors, a repris son cours normal. Ce que je retiendrais surtout c’est l’engagement des garçons qui, encore une fois, ont fait un excellent match défensif, en s’appliquant sur les fondamentaux, et puis après, derrière, un match offensif très intéressant avec un Gaby Lacroix au dessus du lot, avec beaucoup d’intentions de jeu, beaucoup de situations positives. On manque au moins deux occasions franches derrière, mais on en met quatre. J’espère que ce sera comme cela tous les dimanches parce que cette rencontre a fait plaisir à tout le monde et d’abord à nous, parce que nous avons senti qu’entre les avants et les trois-quarts il y avait une bonne coordination et donc que cette équipe jouait ensemble. J’espère que cela va aller de mieux en mieux et que nous retrouverons une efficacité sur 80 minutes et pas sur 45 ou 50».

En première mi-temps malgré le résultat, tout n’a pas été parfait : « Nous avons rendu beaucoup trop de ballons face au vent et ainsi nous nous sommes exposés aux contres de l’adversaire. Malgré tout, nous tournons à 20 à 9 à la mi-temps, face au vent et en rendant beaucoup trop de ballons. Si nous les avions plus conservés je pense que nous aurions davantage mis en péril les Biarrots. C’est vrai que la copie n’était pas parfaite mais elle valait la moyenne et même plus ». Durant cette première mi-temps, malgré l’apport du vent , les Biarrots ne sont pas arrivés à se maintenir dans le camp des tarnais.

DEUXIEME MI-TEMPS
« En deuxième mi-temps, nous avons demandé aux joueurs d’occuper le terrain dans un premier temps et de jouer ensuite tous les ballons, ce qu’ils ont essayé de faire, par contre c’est sûr que lorsque nous avons été pénalisés trois ou quatre fois en mêlées fermées sur la seconde mi-temps, c’est très difficile de conserver le ballon et de le maintenir dans le camp adverse». explique Jean-Christophe Bacca. Sur l’engagement par les  albigeois avec vent favorable, un Biarrot, ultime défenseur, rate son dégagement et trouve une touche dans son camp, aux 22. Albi , sur le lancer commet un en avant , mêlée pour le BO qui se dégage mais rate la touche . A la réception Mathieu Peluchon lance magnifiquement la contre-attaque et reporte les opérations dans les 22 biarrots. Il s’en suit une série d’actions aux abords de l’en-but visiteur soit par les avants soit en envoyant le cuir au large. Le demi de mêlée Shannon Rick qui remplace Yohann Chateauraynaud depuis le début de la seconde mi-temps, s’offre un essai de filou (47°) portant à 27 à 9 le score en faveur des Albigeois. Dès lors on pense que les carottes sont cuites pour Biarritz et que le bonus offensif est dans l’escarcelle des « hommes » d’André Mathieu. Le changement de la première ligne albigeoise va modifier la physionomie de la rencontre. Toutefois , Gabriel Lacroix sur un coup de pied à suivre rate de peu le cuir alors que la route de la ligne de but adverse se profile à l’horizon. Mais le pack albigeois est en souffrance, accumule les fautes, ce qui devait permettre aux Biarrots de revenir dans le match au pied lesquels en outre se sont montrés menaçants jusqu’à la fin notamment sur les mêlées. Résultat Biarritz s’offre un essai à l’heure de jeu, ramenant le score à 27-16. Maxime Lucu,le demi de mêlée basque, s’échappe au ras du maul après une grosse séquence basque et va aplatir dans l’en-but (27-16) (60°) privant (temporairement) les Albigeois du bonus offensif. Bastien Dedieu écope d’un « jaune » à la 64° minute. La mêlée souffre d’autant plus qu’ Albi joue à 14. Il est procédé au retour de Lafoy en première ligne (64°) puis celui de Hamadache (69°). La mêlée se stabilise et c’est Gabriel Lacroix qui offre « un biscuit » à Taumoepeau lequel, avec un quatrième essai, redonne le point du bonus offensif aux Albigeois. 34-16 au tableau d’affichage, ce sera le score final.

DE LA BELLE OUVRAGE
Incisifs en attaque, les Albigeois se sont également particulièrement illustrés en défense. Ainsi, chaque fois que les Biarrots tentaient d’avancer, ils finissaient par reculer sous la pression albigeoise. Toutefois, lorsque la pression basque s’est faite plus forte en seconde période , Albi a fait le dos rond . Nul ne contestera ce constat : le SCA de ce début de saison est un excellent cru. L’an passé, il avait fallu attendre la cinquième rencontre pour qu’Albi marque le premier point (bonus défensif), cette saison, après deux rencontres, le SCA est second au classement à égalité de points (9) avec Pau mais les Palois bénéficient d’un meilleur goal average (+ 40 pts contre + 27 pour Albi) et précède Perpignan et Béziers (8pts), Montauban (6pts) , Mont-de-Marsan etc….

« La Pro D2 est hyper homogène, elle sera très compliquée à jouer tout au long de la saison. Nous n’avons pas besoin de nous cacher car personne ne parle de nous. Nous ne sommes cité ni dans les clubs qui pourraient descendre, ni dans ceux qui peuvent se qualifier, ni dans ceux qui peuvent monter. Cela nous va très bien, on continuera comme cela, en faisant notre petit bonhomme de chemin et on verra jusqu’où cela peut nous mener » soulignait en point presse d’après match, Jean-Christophe Bacca.

Benoît August entraîneur du BO s’inscrit en faux quant à  la réflexion deJ-C  Bacca : « Albi fait partie des favoris de la Pro D2. Il l’a montré encore aujourd’hui, en sortant une grosse prestation. Nous savons ce que nous devons apprendre pour arriver au niveau de cette équipe. Oui, on les a un peu perturbé devant , on les a un peu bougé , mais cela n’a pas été une énorme domination puisque nous n’avons pas réussi à marquer . Il fallait que cela se concrétise par des points, ce n’a pas été le cas. »


Matthieu André
(capitaine du SCA ) : « On peut dire que nous avons fait le travail puisque nous ramenons les cinq points avec le bonus offensif. C’est bien, mais après, il y a quand même pas mal d’erreurs. On donne encore beaucoup de points, on commet beaucoup de fautes. Nous avons eu quelques problèmes en conquête. Donc le résultat est positif, mais dans la manière on voit qu’il y a encore pas mal de boulot à faire ».

Les Albigeois, qui,  la saison dernière, n’auraient pas fait la fine bouche après une telle victoire bonifiée, seraient-ils devenus très (trop) exigeants : « C’est ce qu’il faut. De toutes façons, pour réussir et avoir de bons résultats il faut être exigeants le plus possible afin de régler tout ces détails et donner le moins de points possibles à l’adversaire ». Voilà qui a au moins le mérite de la clarté !

Maurice Charbonnières



Laisser un commentaire

Commentaires (0)