PRO D2: SCA 24 -CARCASSONNE 13: OBJECTIF ATTEINT!

PRO D2/ SC. ALBI – US. CARCASSONNE 24-13

Mi-temps 3-3

Stadium Municipal Albi

Beau temps froid, pas de vent. Bon éclairage.

3 800 Spectateurs,

Arbitre  Laurent  Millotte ( Ile de France)

 

SCA :

Peluchon- Lacroix, Hecker, Bonnet, Rokoduru,(O) Barthélémy (Bouillon  60°),(m) Chateauraynaud, (Entraygues 60°)7  L.Mondoulet (Calas 48°), 8 Raynaud(cap), 6 Visensang- Damiani (Mondoule J.  69°), André (Correa 68°)- Kwarazfelia (Gau 48°), Ponnau (Djebablah 48°), Dedieu (Hamadache 72°)

3 Essais :Bonnet 47°- Barthélémy 60°. Bouillon 71°

3 Transformations : Peluchon 47° – 60°-71°

1 Pénalité : Peluchon 22°-

2 Cartons jaunes : Bonnet 34°- Visensang 78°

 

Carcassonne :

15 Gros , 14 Butonidualevu (Mege 62°),13 Tatupu,12 Bancroft, 11 Brana,(o) Bosch,( Pretorius 49°) (m) Seron, (Raynaud 75°°7 Koffi , 8 Tulagui, 6 Etien (cap), , 5 Tisseau, 4 Roidot (Guironnet 53°), 3 Kouider (Etchevery 61°°, 2 Saby, Acquier 49°) 1 Etcheverry(Ursache 44°°)

 

2 Essais : Kofi 71°-Mege 80+4

1 Pénalité Bosch 6°-

CONTRAT REMPLI MAIS …..

Onze points de différence avec les Carcassonnais, et une victoire en poche qui était absolument nécessaire pour mettre une certaine distance avec les actuels clubs  relégables que sont  Auch et …Carcassonne. Cela  aurait dû se traduire par une explosion de joie au retour dans les vestiaires. Eh bien il n’en fut rien. Satisfaction certes de la mission remplie, satisfaction sur la forme mais pas sur le fond. « C’est cela que vous appelez du rugby, moi pas. On ne peut pas marquer un essai de 10 mètres et on veut en marquer un de cent mètres .  ». En une phrase sèche dans sa formulation , Henry Broncan traduisait le sentiment de malaise quant au fond de jeu que partageait le camp albigeois. Henry Broncan limitait à ce coup de colère non dissimulée   son intervention lors de la conférence de presse d’après match avant de tourner les talons , ce qui n’est pas dans ses habitudes. Par contre, d’autres acteurs comme Mathieu André livraient quelques explications : « Je pense que nous avons joué complètement à l’envers en première mi-temps. Nous avons joué dans notre camp, ce qui est dommage parce que nous avons vu qu’en touche nous étions plutôt dominateurs, nous avons contré pas mal de ballons . C’est dommage que l’on joue chez nous plutôt que de trouver des touches chez eux et ensuite de récupérer des ballons. Nous avons remis les choses un peu dans l’ordre en seconde mi-temps et on voit que lorsqu’on fait les choses dans l’ordre cela va beaucoup mieux ».

Il faut dire que la mi-temps atteinte sur un score de parité de 3-3 ( une pénalité convertie au quart d’heure de jeu  des 50 par le demi d’ouverture audois Gilles Bosch suite à un hors jeu de ligne des Albigeois, lesquels Albigeois répondaient par Mathieu Péluchon sur une pénalité à la  21ème minute, 20 mètres en moyenne position) avait fait craindre le pire tant la prestation des locaux était à des années lumières  de celle produite à Bourgoin. Certes, bien lancé par un coup de pied à suivre, le fidjien Tamalai Rokoduru échouait à 20 centimètres de la terre promise(20°), mais l’arbitre suite à cette action revenait à la pénalité transformée par Mathieu Péluchon dans l’obligation de remplacer comme buteur Samuel Marqués, blessé et qui a fait beaucoup défaut dans le groupe. Avec ce « petit »score, force est de reconnaître que les locaux s’en sortaient plutôt bien car par deux fois ( 31ème-33ème) Gilles Bosch ratait les perches sur des pénalités pourtant bien placées (40 mètres et 22 mètres en coin).Réduit à 14 suite à un carton jaune dont écopait Sylvain Bonnet ( 34ème) , sur cette faute , Carcassonne choisissait la pénal-touche plutôt que les 3 points….pour tenter d’aller à l’essai….En vain, la défense « jaune et noir » veillait au grain. Cette première mi-temps se terminait par une tentative de drop de Romain Barthélémy , ratée confirmant que le SCA n’a pas réussi à marquer un seul drop depuis le début de la saison. Bref cette première période aura été agrémentée d’un festival de mauvaises inspirations, d’une mêlée pas très dominatrice, de balles perdues. Le passage dans les vestiaires semble avoir été chaud avec, selon des témoignages, accompagné d’une remontée de bretelles.

«  Il y a eu une remontée de bretelles à la mi-temps parce qu’il fallait que nous mettions un peu plus de consistance dans le jeu, et notamment qu’on les concentre un  petit peu plus pour les prendre sur les largeurs » devait témoigner Rémy Ladauge, co-entraîneur

Propos confirmés par Mathieu André, le seconde ligne, dont c’était le retour comme titulaire : « Le discours à la mi-temps a été très simple, c’était d’aller jouer chez eux , d’arrêter de jouer chez nous et à partir du moment où nous sommes dans leur camp nous pouvons jouer. C’est vrai qu’en première mi-temps il y a eu quelques décisions particulières. Nous avons été étonnés, mais ces décisions sont celles d’un groupe , elles ne sont pas toujours bonnes mais une fois qu’elles ont été prises il faut assumer. Je pense que les choix n’avaient  pas été bons , nous les avons  corrigés  en seconde mi-temps, et c’est pour cela que l’on gagne le match. Le boulot est fait, on a les quatre points, on s’éloigne un peu plus de la zone rouge , cela nous fait du bien à la tête et au classement  et c’est bien cela le principal». Il est vrai que les albigeois reviennent sur le terrain avec d’autres intentions. Ainsi dès la première minute , sur une touche jouée aux 40 de Carcassonne, la seconde ligne capte très bien le cuir, les lignes arrières sont alertées et Rokoduru sur l’aile échoue une nouvelle fois à 10 mètres de l’essai où il commet un en avant.. Sur la mêlée qui suit dans le camp audois,  avec introduction Julien Seron, le pack audois est enfoncé , pénalité 22 mètres en moyenne position, Mathieu Péluchon rate les perches. Pour autant les locaux sont maîtres du cuir. Au terme d’une belle séquence de jeu , Sylvain Bonnet dans un rush tout en force aplatit le premier essai qui sera transformé. 10 –3 . On commence à respirer chez les supporters . A l’évidence, les audois sont à la dérive. Le coaching d’Henry Broncan qui fait rentrer une partie du banc des avants , donne un tout autre visage que celui affiché en première mi-temps.

57ème  : Pénalité contre Albi dans les 40 de Carcassonne , les audois trouvent une pénal-touche aux 22 d’Albi. Le lancer n’est pas droit, mêlée pour Albi sur leurs 22. Albi récupère le cuir, contre attaque avec Malik Djebablah au relais qui ouvre sur Romain Barthélémy lequel passe la défense adverse en revue  pour aller pratiquement entre les poteaux. 17 –3 à l’heure de jeu . A l’évidence les « hommes » de Julien Raynaud ont pris les affaires en main. Ce qui n’empêche pas Joêl Koffi de prendre en défaut la défense adverse et de pointer le premier essai audois, dont la transformation sera ratée. (17-8). Quatre minutes ne sont pas écoulées que Sylvain Bouillon trouve la faille en bout de ligne. Essai transformé et 24-8 au planchôt. Une nouvelle fois le bonus offensif peut être envisagé . Mais ce sont les Audois qui reviennent flirter avec la ligne de but albigeoise. En outre Thibaut Visensang  écope  d’un jaune.(78°). Carcassonne choisi la pénal- touche à 5 mètres les buts « jaune et noir ». François Tisseau, qui malgré son passage à Bordeaux-Bègles et maintenant à Carcassonne n’a pas perdu son habitude de chercher des embrouilles, capte bien le cuir et  alors que la sirène va retentir, les Albigeois qui ont récupéré le cuir sur  leur ligne de but tentent le diable pour aller chercher le bonus offensif. Pêché d’orgueil ou baroud d’honneur mais sans risque dans la mesure au Carcassonne n’a aucune chance de revenir. Mais c’est Youri Mege qui pointe en bout de ligne l’ultime essai de la rencontre. La transformation est ratée. Direction les vestiaires après le traditionnel salut aux supporters de la « tribune d’en face » .  24-13, le contrat est rempli, soupir de soulagement dans les tribunes et pour le staff, l’essentiel est assuré sinon avec  la manière, encore que la seconde mi-temps aura été d’un autre niveau, du moins sur la forme. Dans le huis clos des vestiaires albigeois pas  de débordement de joie, contrairement à ce qui s’était passé à Bourgoin.

REACTIONS : LE PLUS IMPORTANT A ETE FAIT !

Réaction du capitaine  Julien Raynaud : « Clairement on tourne à 3-3 à la mi-temps . Nous avons senti beaucoup de fébrilité et c’est récurent  à domicile. Certes c’était un match à pression et enjeux pour le maintien des deux côtés. Il y a beaucoup de choses à redire , que nous reverrons à la vidéo, mais nous avons pris quatre points ce soir. C’est très important pour la suite du championnat , nous mettons Carcassonne à huit points dans la mesure où les Audois ne prennent pas le bonus défensif ce soir. Je pense que c’est la bonne chose de la soirée parce que c’était une rencontre ultra importante avec beaucoup de pression , le jeu en a pâtit. Honnêtement on s’attendait à un très gros match, il n’y a qu’à consulter la feuille de match des Carcassonnais , il y a des joueurs de grande qualité qui ont tous soit joué en Top14 soit y prétendent . Nous nous attendions à un match très sérieux » .Julien Raynaud poursuit : « Nous n’avons pas su mettre notre jeu en place, nous avons manqué un peu de gestion. Une copie brouillonne mais malgré cela nous prenons quatre points et nous étions à deux doigts d’en  prendre cinq. IL y a beaucoup de choses à redire, mais je crois que le plus important a été fait ».
 Rémy Ladauge, co- entraîneur se veut lucide : «  Je ne suis pas déçu sur l’ensemble, je suis déçu que notre équipe ne soit pas constante dans la performance. Elle est  capable de tout faire, de réaliser d’excellentes séquences, et à beaucoup de moments, notamment dans ce match-là, elle va à l’encontre du jeu, on fait des choix incompréhensibles, alors que face à cette équipe il suffisait de conserver le ballon , de faire des temps de jeu . Sur les déplacements les Audois étaient en grande difficulté. Il y a eu une remontée de bretelles à la mi-temps parce qu’il fallait que nous mettions un peu plus de consistance dans le jeu, et notamment qu’on les concentre un  petit peu plus pour les prendre sur les largeurs ».

Jean-Christophe Bacca , entraîneur des avants est plus direct : « A partir du moment où nous gagnons à Albi, moi je m’en contente. Je suis très content que nous ayons récolté les quatre points. Je n’ai pas de regrets si ce n’est le dernier ballon qui est plutôt  mal exploité. Mais nous savions que Carcassonne ne pouvait pas revenir , les joueurs ont pensé qu’ils pouvaient marquer de très loin. Bon, c’est le jeu. Par contre ce qu’il faut noter c’est qu’en première mi-temps, nous avons voulu écarter les ballons, peut-être sans avoir consommé les Audois, et que leur défense s’est étalée  , donc nous avons été mis en échec. Carcassonne s’est accrochée, cette équipe venait avec la volonté de se sauver à Albi. C’est un  match fermé. Nous,  nous savions toute la pression que nous avions sur les épaules. Nous avons plutôt mal négocié cette première mi-temps . Je crois que la remise en question à la mi-temps a été salutaire , que nous sommes repartis tambour battant même à quatorze contre quinze et que la seconde mi-temps nous a souri et qu’elle a été quasiment à sens unique ».

Maurice Charbonnières 

Laisser un commentaire

Commentaires (1)

  1. je crois que le fait de jouer au stadium contracte les joueurs. Ils sont plus décontractés à l’extérieur où ils ont de meilleurs résultats. Cela se confirmera aux matches retour.