PRO D2/ SCA 14-TARBES 26 DECEPTION PUISSANCE SIX!

PRO D2/ SC. ALBI –TARBES 14-26

Mi-temps 14-8

Stadium Municipal Albi, Maurice Charbonnières

Temps pluvieux vent

3 900 Spectateurs

Arbitre : Christophe Dutreuilh (Pays de Loire)

 

SC. ALBI

15 Bouillon, (Metge 65°) 14 Chateauraynaud, 13 Hecker (Kaiser 65°), 12 Bonnet, 11 Todua, 10 Barthélémy, 9 Marques, 8 Raynaud, 7 Calas, (cap), 6 Loïc Mondoulet (Visensang 54°), 5  Damiani,(Corréa 65°)  Jérôme  Mondoulet (Andre 47°) 3 Hamadache, (Gau 47°) 2 Ponnau  (Djebablah47°) , 1 Dedieu, (Tetrashvili 60°) .

 

1 Essai : Chateauraynauud 22°

3 Pénalités : Bouillon 5°-Marques 11°-34°

 

TARBES

15 Laharrague- 14 Thuriès( Domec 65°), 13 Delai 12 Veau, 11, Lilo (O) Moeke, (m) Iribaren, Bezian , Fono, (Manu 52°) , Collet – Domolaïlaï (Flores 76°), Coetzer, (Bernard 63°) Garcia (,Mirtskhulava 52°) Grobler (Pointud 52°), Muzzio (Casals 52°)

 

3 Essais : Lilo 2° -64°- Veau 59°°

1 Transformation Laharrague 59°

3 Pénalités : Laharrague 13°-41°- 62°

Carton jaune. Dalai 80+ 4

DÉCEPTION PUISSANCE SIX (Défaites)

Décidément, les Albigeois du SCA ne savent plus gagner à la maison. Pour la sixième fois de la saison, donc sixième déception,  les « hommes » de Julien Raynaud rendent les armes sur l’herbe du Stadium Municipal. Dans leur combat par équipe interposée, Pierre-Henry Broncan, le fils,  a réussi son pari de remporter sa deuxième victoire à l’extérieur, tandis le père Henry Broncan ratait le sien, vaincre l’Ours Tarbais pour s’éloigner de la zone rouge. Certes Auch a également rendu les armes à la Rochelle mais Carcassonne a battu Colomiers et reprend confiance et Bourg en Bresse qui ne jouera  que le dimanche , reste à porté de victoire des albigeois. Décidément ce premier bloc des phases retour est à l’image de celui des matches aller : une série de faux pas.

Mais une fois n’est pas coutume , à la mi-temps les « Jaune et noir » viraient en tête 14-8. Pourtant la rencontre ne pouvait plus mal démarrer avec un essai en moyenne position de Vungakoto Lilo bien lancé par Maxime Veau  , parti d’un maul tarbais  dans les 25 mètres albigeois  , l’attaque slalome  dans une défense tarnaise  aux abonnés absents ( Nicolas Laharrague ratera la transformation) alors que la première minute venait à peine de sonner  , puis une pénalité 22 mètres en moyenne position transformée par l’arrière tarbais. Les  albigeois réagissaient bien ,puisque après une pénalité passée entre les perches par Sylvain Bouillon 48 mètres en moyenne position consécutive à un placage en l’air ( 5°), Samuel Marques suite à une mêlée tournée ajoutait 3 points 42 mètres en moyenne position , puis c’était Yoann Chateauraynaud, repositionné à l’aile à la place des ailiers blessés,  qui refaisait le coup de « Lyon » , son compère Samuel Marques le démarquait et sur trente mètres Chateauraynaud passait en revue la défense adverse pour, le long de la touche, aller en terre promise. On jouait depuis 22 minutes et le score était alors de 11 /8 , les Tarbais par Laharrague ayant ajouté 3 points d’une pénalité des 22 en moyenne position ( 13°).  Samuel Marques « s’offrait» une perche sortante (30°) mais à la 34ème  se rattrapait avec une perche rentrante  des  28 mètres face aux poteaux portant le score  à 14 à 8. Nicolas Laharrague « vendangeait » une pénalité (38°) des 45 mètres en coin.  En rentrant aux vestiaires pour les citrons, Albi avait la rencontre en main après avoir fait au moins jeu égal avec les Tarbais.

« Sur le début du match, nous étions sous l’appréhension parce qu’au match aller nous avions un peu souffert face à Tarbes. Après on prend cet essai ,mais  on commence à vouloir se remettre dans le match . Je sens que les avants et les trois-quarts se resserrent  ce qui a fait que nous avons réussi à passer devant et que nous avons continué à nous exprimer , en sentant que nous prenions le dessus. En première mi-temps j’étais assez content de ce que nous faisions , malgré quelques réglages à faire » analysait Malick Hamadache titulaire au poste de pilier droit.

DEUXIEME ACTE : LA MÉCANIQUE S’ENRAYE

Yoann Chateauraynaud  donne une autre analyse :« Mon essai est assez anecdotique. L’entame est catastrofique, nous prenons un essai au bout de deux minutes de jeu. Après nous arrivons à relancer la machine et à les laisser dans leur camp et à prendre les points. Mais en seconde mi-temps nous explosons totalement. Nous avons notre quart d’heure à vide comme à tous les matches et on le paye cash devant les équipes qui jouent les places qualificatives. C’est malheureux parce qu’on était passé devant et on tenait le match, en portant le jeu  chez eux et prendre les pénalités que l’arbitre voulait bien nous donner sauf que là nous prenons deux relances de 80 mètres et nous n’arrivons pas à relever la tête , même si nous essayons d’aller chercher le bonus défensif à la fin. Nous sommes très déçus ce soir mais il faut vite relever la tête parce que les échéances qui arrivent vont être très importantes pour le maintien ».

En réalité ce sont les Tarbais qui reviennent au planchôt avec une pénalité 35 mètres en moyenne position (14-11 41°). Puis Nicolas Laharrague « s’offre » lui aussi un poteau sortant des 42 mètres en coin (45°). Toutefois, les albigeois sont toujours dans le match : suite à un maul écroulé par les Tarbais , Albi bénéficie d’une pénalité mais Samuel Marques rate les perches 40 mètres en moyenne position. Les Albigeois s’offrent une belle séquence de jeu mais l’attaque échoue en bout de ligne (58°). Tarbes réplique également par une séquence suite à une balle récupérée et c’est Maxime Veau qui plante le second essai toujours en bout de ligne. Tarbes prend la feuille de match 14-16 ( 59ème). Dès lors c’est le passage à vide des locaux : 14-19 (62°) sur une pénalité pour un hors jeu dans leurs  22 des albigeois. Puis deux minutes après c’est encore Vungakoto Lilo qui double la mise suite à une phase confuse aux abords de la terre promise tarnaise, et cet essai bonifié d’une transformation porte le score à 14 –26. (64°) .Les carottes sont cuites. Julien Raynaud et ses copains tentent un baroud d’honneur alors que la sirène a sonné. Une série de pénalités accordée par l’arbitre aux Albigeois aux abords de la ligne de but tarbaise alors que le temps est largement écoulé ne permettent pas de franchir la défense adverse pour aller chercher le minimum syndical  du point de bonus défensif. Et les « jaune et noir » rentre aux vestiaires la tête basse. A noter que Romain  Barthélémy a tenté de débloquer le compteur des drops (16ème). C’est une nouvelle fois raté ! A quand le premier drop de la saison 2013-2014 ?

DÉCEPTIONS …. DÉCEPTIONS

Dire que c’était têtes des mauvais jours dans le camp albigeois est un  doux euphémisme à l’image de Jean-Christophe Bacca : « Sixième défaite à domicile, dont quatre sur le même tempo , c’est à dire face à des équipes qui arrivent avec une conquête et une défense en place, qui nous arrosent de chandelles et qui attendent qu’on leur donne des points. C’est toujours le même match, cela fait quatre fois que cela se renouvèle à part quelques équipes qui ont joué un peu différemment comme Lyon qui a essayé de produire un peu plus. Après ,  que ce soit Pau, Mont-de-Marsan, La Rochelle ou aujourd’hui contre Tarbes , c’est le même match. Aujourd’hui il faut que l’on se pose les bonnes questions. Nous, en tant que staff, parce qu’on a les mêmes matches avec des défaites à l’arrivée et les joueurs parce que , quand on gère un match 14 à 8 et qu’il pleut, que l’on est à peu près bien dans la conquête,  que l’on est en place en défense et que l’on continue à s’exposer, cela a le don de me révolter car les tarbais jusqu’à ce moment là attendaient en embuscade que nous  fassions les fautes …qu’on leur a donné. Les joueurs avaient été prévenus que les Tarbais jouaient les interceptions, qu’ils étaient les rois de la contre attaque , qu’ils s’appuyaient sur une mêlée extrêmement forte . Sur ces phases nous étions à peu près convaincants et on savait que sur les rucks ils allaient contester beaucoup. Nous avons été plus que justes dans les rucks , voire limite ridicules. Donc à partir de là, les Tarbais ont fait le match qu’ils avaient prévu de faire, nous n’avons pas réagi. Il faut se poser quand même les questions pour savoir si cette équipe à les vertus de se retrouver et d’essayer de relever la tête samedi à Colomiers. Le moral est atteint  c’est sûr, car c’est l’équivalent du premier bloc de la phase aller . C. C’ est très dur pour nous. Moralement les joueurs sont atteints. Il faut se poser la question de la gestion des matches qui depuis le début de saison est catastrophique . Nous avons du mal à alterner . On voit que la seule  fois que nous l’avons fait de façon intelligente, à Bourgoin,  où nous avons très bien alterné, très bien occupé, nous avons posé pas mal de problèmes. Ne faire que des chandelles pendant un quart d’heure ou jouer à la main  pendant un quart d’heure ce n’est pas cela le rugby surtout en Pro D2 qui demande beaucoup d’alternance , d’être très forts sur les basiques  c’est à dire , conquête, défense, occupation au pied, et buts. On ne peut pas se permettre de louper des pénalités dans les 20 mètres. Nous sommes très tendus avec notre 13ème place . Il faut revenir à des choses plus élémentaires et retrouver les notions de combat ».

RÉACTIONS

Henry Broncan : «  Cette défaite est logique, encore une fois. Encore trois essais concédés . Une première mi-temps à peu près convenable. On même 14-11 et vous prenez un essai de 85 mètres . Ce n’est pas la première fois, et derrière aucune réaction, l’apathie , c’est  cela le plus grave. Il n’y a pas eu de révolte contre une équipe qui nous a brisé dans les rucks, qui a fait preuve d’un  engagement féroce et nous , nous n’avons  pas répondu. Ce sont nos faiblesses traditionnelles avec, toujours pareil, des tentatives que l’on connaît dans notre camp , on joue, on est pénalisé . Ce jeu n’est pas celui de la Pro D2. Les Tarbais nous ont donné une superbe leçon là dessus en étant très pragmatiques, très sûrs, costauds, et nous nous ne sommes pas costauds dans nos corps, et surtout dans nos têtes. Dès que nous sommes menés l’équipe se met à genou devant l’adversaire. Quand au rugby vous vous mettez à genou, vous perdez ».

Rémy Ladauge : « Pour les matches dans ses conditions météos, sous la pluie et sous le vent, on en sort souvent avec le même résultat, on est pris dans le jeu au pied, sur les mauls même si les nôtres n ‘ont pas été mal, nous sommes incapables d’écrouler les leurs . Leur jeu au pied a été extrêmement efficace, le notre a été moyen mais en tout cas inférieur, et après on s’est fait tuer sur les rucks . La clé du match elle est là, on savait que c’était une équipe très agressive, les plaqueurs ne sortaient pas des zones de ruck, ils nous ont ralenti et rendu difficiles toutes les sorties de ballon, nous n’avons pas pu mettre de vitesse au jeu. Bref nous n’avons pas pu nous en sortir. Les Tarbais sont à la limite de tout, quand ils déroulent un  maul ils arrivent à trois ou quatre et on n’arrive pas à construire, dans les rucks le plaqueur ne se déconnecte pas, dans la zone il est pénible à sortir du ruck. C’est une équipe qui essaye de détruire le jeu. Mais je lui rend hommage , c’est une équipe qui est organisée, qui prend tous les risques pour détruire l’adversaire. Cela leur réussi depuis le début de la saison. Oui c’est une équipe qui est très pénible à jouer. »

Maurice Charbonnières

Laisser un commentaire

Commentaires (0)