PRO D2 / SCA 12 LA ROCHELLE 25

PRO D2 :   SC.ALBI-STADE ROCHELAIS- 12-25

Mi-temps 9-13

 

Stadium Municipal Albi : Maurice Charbonnières

Temps couvet frais, vent moyen. Favorable Albi première mi-temps. Pelouse excellente

4 300 Spectateurs

Arbitre : Mathieu Raynal (Pays Catalan)

SCA

Bouillon-Lacroix, Hecker , Bonnet, , Rokoduru-(o) Barthélémy (Péluchon 49°); (m) Marques( Chateauraynaud 64°)- Raynaud (cap), Visensang (KO Calas 4°/ 9° puis  Dedieu pour carton jaune ), Loïc Mondoulet (Calas 49°)-Damiani, André (Coréa 63°)– Gau (Kwarazfzlia 49°), Ponnau (Djebablah 49°) , Dedieu (Tetrashvili 49°).

4 Pénalité : Marques 6°-16°- 22°-Bouillonn67°

Carton jaune(Tétrashvili 56°)

 

La  ROCHELLE

Cestaro- Le Bourhis, Vulivuli, Gard, Cler (Herry 39°)-(o) Fortassin,(m) Berger- Goujon( Gourdon 63°), Djebaili-Sazy- Jacob (Kreft 67°), Grobler (Cedaro 44°) , Antonio (cap) (Kaulashvili 61°) ,Forbes (Geledan 58°), Corbel (Lafoy 44°).

1 essai Le Bourhis  37°

1 transformation : Fortassin 37°

6 pénalités : Fortassin 19°-27°- 49°-57°-63°- 70°

LE RENDEZ VOUS MANQUÉ

Mathieu ANDRE «  Ce soir nous sommes d’autant plus déçus et frustrés que nous n’avons pas l’impression d’avoir été dominés de la tête et des épaules»

Henry BRONCAN « La Rochelle est une équipe bien meilleure que nous »

C’était annoncé sur tous les toits : cette rencontre Albi-La Rochelle était importante pour les deux équipes. Pour La Rochelle, il s’agissait de rester collé aux trois ou quatre prétendants aux phases finales, pour les Albigeois c’était l’occasion de prendre ses distances avec les deux ou trois clubs menacés de descente. Les premiers ont gagné leur pari et mis un terme à une longue série de défaites en terre albigeoise ; les seconds ont raté le rendez –vous avec le succès. En terme comptable cette défaite n’est pas catastrophique car les mal classés ont également chutés, Auch à Béziers,  Bourg en Bresse à Pau, et Carcassonne à domicile face à Tarbes(le prochain visiteur d’Albi). Mais c’était l’occasion de creuser l’ecart. Le bourreau des Albigeois a pour nom Fabien Fortassin, l’ouvreur charentais auteur de six pénalités et d’une transformation soit 20 points sur les 25 des Rochelais. Mais peut-être que l’arbitre n’y est pas pour rien non plus dès lors que tout d’abord, après consultation de son juge d’en-but, il  a refusé un essai signé Marques suite à une belle poussée de tout le pack (39°) puis  infligé un carton jaune au pilier Tétrashvili (57°), et enfin a  accordé 6 pénalités aux Rochelais dans les 22 albigeois.Difficile dans ces conditions là de rêver de victoire.
 Pourtant la rencontre avait plutôt bien démarrée pour les « hommes » de Julien Raynaud. Après que le buteur charentais eu raté une pénalité des 40 mètres face aux poteaux (3°), puis une autre à la demi-heure de jeu 22 mètres en moyenne position puis une troisième à la 33ème minute 40 mètres en bonne position suite à une mêlée écroulée. , Marques ne ratait pas la première occasion qui lui était offerte d’inscrire les 3 premiers points sur une pénalité accordée 15 mètres face aux poteaux (6°). Il récidivait à la 16° minute 23 mètres en moyenne position, puis à la 22° 15 mètres face aux poteaux. A ce moment là les Albigeois menaient 9 à 3 , Fabien Fortassin ayant tout de même ouvert le crédit charentais à la 19ème minute 23 mètres face aux poteaux. En outre le quinze d’Henry Broncan, faisait plus que jeu égal. Puis, alors que l’on jouait la 37ème minute, premier tournant du match : Sur un long coup de pied charentais, Timalai Rokoduru rate la réception d’une balle haute sur sa ligne de ses 22 , Maxime Le Bourhis tape un petit coup de pied à suivre et va à dame pour le premier essai (ce sera le seul) entre les poteaux. 9-13 pour les visiteurs, ce sera le score à la mi-temps non sans une belle réaction des locaux qui sur un magnifique temps de jeu du pack voit Marques propulsé en terre promise. Mais le corps arbitral ne l’entend pas de cette oreille, l’essai est donc refusé. L’arbitre accorde tout de même une pénalité à Albi, Samuel Marqués des 22 en moyenne position rate les perches.
« Cet essai refusé à Samuel Marques est peut être le tournant du match car nous aurions pu basculer devant à la mi-temps et après nous faisons trop de fautes et La Rochelle s’est nourri de nos fautes ajoutant trois points à trois points pour faire un score lourd à la fin » concédait Sylvain Bouillon ajoutant «  en première mi-temps on fait 20 bonnes premières minutes car nous sommes bons en défense, nous mettons des points au pied , puis après nous craquons complètement, nous nous écroulons, nous jouons depuis notre camp alors qu’il fallait jouer chez eux . On joue, on perd des ballons, ils bénéficient de pénalités  . Et cela devient compliqué en seconde mi-temps contre le vent. La Rochelle s’est appuyé sur une grosse mêlée, sur des chandelles. Nous avons été confrontés au bloc défensif des charentais et ils se sont appuyés sur nos fautes. C’était bien joué de leur part »
 « Nous avons fait jeu égal en première mi-temps, et il y a  cet essai de Samuel Marques refusé par l’arbitre après avoir consulté son juge d’en-but, l’arbitre étant très mal placé sur le coup . Je ne vois pas trop la raison du refus ,mais c’est ainsi et c’est dommage parce que cela nous aurait permis de virer à la mi-temps en tête . Après ça été dur en mêlée, La Rochelle dispose d’une belle équipe , les Rochelais sont épais. Ils ont d’un niveau supérieur, ils font mal » analysait Henry Broncan .

SECONDE PÉRIODE

La seconde mi-temps démarre moins bien que la première. Un maul écroulé par La Rochelle (45°) et Marques des 40 en moyenne position rate une nouvelle fois les perches. Ensuite ce sera une longue litanie de pénalités infligées par l’arbitre :49° , la mêlée tourne, le fautif est Albi (9-15). C’était un jour sans pour le buteur albigeois : pénalité aux 22 en moyenne position , troisième échec du demi de mêlée albigeois (52°) Alors qu’Albi a pris deux touches  sur des lancers rochelais( 8°-12°), les « jaune et noir » n’en concèderont qu’une à la 77ème minute . Faible consolation car dès lors les pénalités tombent dru toujours lorsqu’on  l’on joue dans notre camp (49° et 9-16) ; 57ème sur une faute de Giorgi Tétrashvili qui lui vaut un carton jaune avec en prime une pénalité(9-19) ; 60ème 22 mètres en bonne position ; 68ème  15 mètres face aux poteaux(12 –25 ) car Sylvain Bouillon (68ème) a réussit une pénalité de la ligne des 22 du bord de la touche. Albi tentera bien un baroud d’honneur mais la cause était entendue.
Sylvain Bouillon : « C’est vrai que c’est la première fois que nous sommes autant sanctionnés dans nos 22. Peut-être que nous nous sommes trop exposés, que nous avons trop joué dans nos 22 avec un peu trop de fougue. Ce sont des décisions de l’arbitre ».

Evidemment ,c’était tête des mauvais jours chez le staff sportif et chez les joueurs albigeois  à l’image de Julien Raynaud «  Ce match était très important voire primordial pour notre course au maintien, et on en sort très déçus ce soir , d’autant plus que jusqu’à la mi-temps nous tenions le match. Juste avant la pause il y a un tournant c’est l’essai de Samuel Marques qui est injustement refusé et à la pause on tourne à 13-9, et derrière encore une fois nous faisons trop de fautes moi le premier, nous sommes pénalisés dans notre camp en voulant peut être trop jouer, je ne sais pas, nous commettons des en-avants, des ballons perdus et face à une équipe comme La Rochelle cela se paie cash. Ils n’ont rien fait d’exceptionnel. Ils ont une bonne mêlée, un gros buteur, ce qui leur permet de nous battre ce soir ».
Avant le coup d’envoi, chacun s’attendait un gros combat des deux premières lignes avec face à Dedieu, Ponnau, Gau un trio qui traîne une réputation de foudre de guerre avec Corbel,Forbes, Atonio. Et pourtant durant la première mi-temps le pack albigeois a fait plus que se défendre . Julien Raynaud témoigne : « Pour en avoir discuté avec les piliers on n’a pas compris toutes les décisions arbitrales, dans le sens nous avons le sentiments que souvent nous avons été dominateurs et l’arbitre considérait que nous n’étions pas dans l’axe, que l’on tournait la mêlée. Nous avons encore une fois lourdement sanctionnés , il faudra revoir cela à la vidéo. Nous avions l’ambition de faire une belle prestation sur la conquête. Et ce soir on sort déçus parce qu’honnêtement nous avons l’impression d’avoir fait le boulot et à la sortie nous sommes pénalisés. »

Mathieu André, le seconde ligne affiche une même analyse « La conquête a été plutôt bonne mais cela ne suffit pas . C’est vrai que nous avions à cœur de faire un très gros match en conquête, et ce soir, à chaud, j’ai l’impression que nous n’avons pas été récompensés à juste titre. La touche s’est équilibrée mais sur les mêlées, de l’intérieur, j’avais l’impression que sur notre côté gauche, nous étions assez dominateurs. Sur certaines mêlées, certes, cela tournait mais nous, nous avancions et en se relevant il y avait pénalité contre nous à chaque fois , donc c’est vrai qu’il y a une incompréhension à ce niveau là. Il faudra voir tout cela à froid à la vidéo. Ce soir c’est une très grosse déception car nous avions bien préparé cette confrontation, nous avions à cœur de faire un très gros match parce que nous savions que c’était une rencontre capitale pour nous. On sort d’autant plus frustrés, déçus que durant les trente premières minutes on a l’impression de bien gérer, de dominer cette équipe de La Rochelle et finalement nous prenons presque trente points à la maison. Nous n’avons pas l’impression d’avoir été dominés de la tête et des épaules . Ils ont fait de très belles chandelles et cela a suffit pour gagner ce match . Oui, nous sommes très déçus parce que, je le répète, nous n’avons pas l’impression d’avoir été dominés par La Rochelle ».
La conclusion nous la laisserons à Henry Broncan : « L’analyse est très simple, La Rochelle est une équipe bien meilleure que nous, bien plus puissante, plus solide sur les bases, avec un jeu très pragmatique. Nous sommes toujours dans le rêve de nos relances dans l’en-but, dans nos 22, nous pensons encore que nous pouvons traverser le terrain et on ne peut pas. Si nous ne faisons pas un jeu d’occupation , nous ne sommes pas assez costauds , assez rapides pour marquer des essais. C’est comme contre Carcassonne . Mais reconnaissons que  La Rochelle était bien meilleur que nous notamment quand le banc est renté avec Leandro Célaro, Christophe Lafpoy c’est du costaud . Pour nous le combat continu dans le bas du tableau mais j’ai vu que Carcassonne avait perdu, Auch et Bourg en Bresse aussi. Pour nous le match il est là, dans le bas du tableau. J’ai toujours dit que cela se jouerait à la dernière minute du dernier match . Il ne faut pas craquer, c’est un sport formidable mais avec des mauvais jours. C’est dans les mauvais jours que l’on voit les caractères. Il y a un championnat pour les gros et un championnat pour les autres, celui dans lequel nous sommes , avec deux équipes sur quatre  qui vont descendre. Il faut que l’on se batte tout simplement pour garder  cette place en Pro D2. Il faut que tout le monde se batte. Il y a ceux qui fuient, qui n’ont pas un mental suffisant , qui ne sont pas suffisamment proches du club . A nous de nous resserrer pour faire plaisir aux gens qui nous aiment. C’est tout. »

Maurice Charbonnières

Laisser un commentaire

Commentaires (0)