PRO D2/ SC. ALBI 17 -AGEN 28 MAIS DES SATISFACTIONS!

PRO D2/ S.U. AGEN-SC ALBI 28-17

Mi-temps : 21-0

Stade Armandie : Maurice Charbonnières

Temps  beau temps frais ,

6 552 Spectateurs

Arbitre : Mathieu Noirot (Languedoc)

 

SC. ALBI

15 Peluchon, 14 Lacroix, 13 Hecker, 12 Bonnet, 11 Kraska, (Chateauraynaud 49°)(0) Barthélémy (Bouillon 60°), (m) Chateauraynaud, (Marques 49°) 8 Raynaud (cap), 7 Visensang , 6 Loïc Moudoulet, 5 Damiani (Correa 60°), 4 Jerôme  Mondoulet (André 49°), 3 Gau, (Hamadache  49) 2 Ponnau (Djebalah 49°), 1 Dedieu (Tétrashvili 49°)

3 Essais : Lacroix  44° -Marques 56°-Calas 79°

Transformations : Peluchon 44°

Carton jaune Marques 72°( faute technique)

 

SU. AGEN

15 Lamolie, 14 Waquaseduadua,13 Roux (Mazars 77°), 12 Pelesasa (cap) , 11 Paris, 10 Francis( Ludik 63°) , (o)Bales(Darbo 54°), 6 Erbani , 8 Jooste 7 Vaquin (Tau 53°), 5 Ratuniyawara,( Valdes 63°) 4 Skeate, 3 Telefoni (Joly 52°), 2 Narjissi (Rogarty 52°) 1 Nnomo (Afatia 63°).

4 Essais : Nnomo 29°-Paris 36°-40° Bales 53

4 Transformations Francis 29°-36°-40°-53°

UNE DEFAITE MAIS DES PROMESSES

 

Les chiffres parlent d’eux mêmes : 21 à 0 à la mi temps, trois essais transformés pour Agen et zéro point pour Albi. En deuxième mi-temps 17 points pour Albi avec trois essais contre 7 points pour Agen (un essai transformé). Et un quart d’heure aux abonnés absents pour Albi avec les trois essais à la clé (29°-36°-40°).

Mais, à contrario,marquer trois essais contre les seconds du classement, peu d’équipes pourront s’en vanter cette année. D’où grosse déception dans le camp albigeois au retour aux vestiaires à l’image de Julien Raynaud, le capitaine «  Un peu déçu parce que nous avions comme intention de ramener de ce déplacement au moins le point du bonus défensif. C’est dur , ce soir parce qu’on fait quinze, vingt premières minutes très bonnes et nous  sommes une équipe accrocheuse  et on arrive à leur marquer trois essais . Maintenant nous allons concentrer tous nos efforts sur la réception de La Rochelle ».
Donc une défaite mais des raisons d’espérer avant de recevoir La Rochelle samedi prochain pour un match à 8 points. Le groupe doit faire fructifier cette deuxième mi-temps qui aurait dû permettre d’atteindre l’objectif minimum du point du bonus défensif si les deux transformations avaient été réussies. Julien Raynaud :« Nous allons retenir le positif de cette rencontre , c’est à dire la seconde mi-temps où l’on marque trois essais  et notamment deux d’entre eux qui sont des essais construits. La réception de La Rochelle va s’avérer décisive pour le maintien . Nous allons revoir à la vidéo ce qui s’est bien passé et ce qui s’est moins bien passé pour s’appuyer sur nos points forts ».
Evidemment les bonifications manquées de deux des trois  essais ne peuvent que laisser des regrets « On ne peut pas en vouloir aux buteurs, car c’est tellement aléatoire , on le sait. Mais effectivement cela aurait fait quatre points donc synonymes de bonus défensif. On ne va pas s’arrêter sur cela, car en seconde mi-temps nous avons fait de bonnes choses et on va s’appuyer sur ces bonnes choses samedi prochain »

Cette première mi-temps avait pourtant bien démarré avec 25 minutes d’une certaine  domination albigeoise concrétisée par une demi heure de gros pressing défensif. . Une tentative ( ratée)de drop de Romain Barthélémy (5ème) apporte la preuve de la domination des visiteurs. Certes  les agenais se voyaient refuser deux essais (Balès 11° et Vaquin 27°) pour des en avants dans l’en-but juste avant d’aplatir . Encore une pénalité qui rate les perches de Taylor  Francis (14°) des 30 mètres en coin ( 13°). Les Agenais ont du attendre la 28ème minute  pour qu’après trois pénaltouches consécutives, le verrou albigeois saute sur une action en force de d’Arsène Nnomo ( 28°). Et c’était Taylor Paris  qui profitait de deux fautes de la défense albigeoise pour enfoncer le clou deux fois de plus toujours en coin (36°-40°). Ce qui n’empêchait pas le buteur agenais de bonifier les trois  essais . Avec un cinglant 21 à 0 à l’heure des citrons, la cause semblait entendue. Pour Agen le plus dur semblait alors fait.

DEUXIEME MI-TEMPS

Incontestablement, au terme des quarante premières minutes, pas un supporter albigeois (ils n’étaient pas nombreux dans le stade) n’aurait parié sur autre chose qu’une lourde défaite. Or il n’en fut rien. Bien au contraire. Dès le retour sur l’herbe d’Armandie, les Albigeois ont montré un autre visage. Jean Christophe Bacca : «  Je crois qu’il faut relativiser, on marque en seconde mi-temps lorsque les agenais reviennent sur le terrain avec le contre coup de leur 21 points et avec le point de bonus en poche et ils nous ont un peu laissé jouer , ils ont fait la même faute que Bourgoin mais eux sur l’ensemble du match. Après ils ont essayé de revenir mais on a fait plus que jeu égal sur la deuxième mi-temps et cela est très positif avec trois essais à un face à un des  leaders de la poule, sur ses terres et avec un essai plus que chanceux sur leur quatrième essai, c’est une bonne chose. Par contre il ne faut pas occulter le fait que la première mi-temps c’est un quart d’heure qui est très mauvais. Nous avons 20 à 25 minutes excellentes mais ce dernier quart d’heure où l’on est fébrile, où l’on manque de patience, où on se laisse endormir par le métier de ces Agenais et on prend deux essais d’affilé à zéro passe et le maul est écroulé systématiquement et ils sont avec des porteurs de balles  qui font écran , leur maul n’est pas licite donc il nous faut l’ écrouler si l’arbitre ne peut pas tout voir. Donc à partir  du moment où les agenais construisent un maul licite il faut faire aussi en sorte qu’ils n’arrivent pas à avancer, donc l’écrouler de même façon . Ensuite les deux essais sur les mêlées à 5 , ce sont des essais gag, et notamment sur le second où l’on pas capables de défendre à trois contre trois ».
Incontestablement les Albigeois ont craqué durant la deuxième période de la première mi-temps. Pour les agenais c’était le quart d’heure de rêve.

Mais dès la reprise des confrontations , dès la 44ème minute Gabriel Lacroix, le jeune ailier plein de culot du SCA, réussi une interception pratiquement sur la ligne médiane laquelle se termine entre les poteaux (7-21).

Cette action aurait pu, aurait du  marquer  le réveil des Tarnais si un dégagement contré (53°) de Romain  Barthélémy dans ses 22 n’avait donné  l’occasion à Alexi Bales de reprendre le bonus offensif avec un 4ème essai. Mais trois minutes après (56°) , c’est au tour de Samuel Marqués, rentré à la mêlée à la 49ème minute (Chateauraynaud glisse à l’aile pour remplacer Nicolas Kraska) de plonger en terre promise  pour un essai de filou concrétisant une belle séquence de jeu des avants albigeois(1 2-28)

Quant au dernier essai avec Vincent Calas à sa conclusion il peut être considéré comme exemplaire : Albi bénéficie d’une pénalité aux abords de la ligne médiane, Mathieu Péluchon trouve une pénal-touche dans les 22 agenais. Sur la prise de balle, un maul se construit et Vincent Calas plonge en terre promise, mais aux abords de la touche. Il ne sera pas transformé.

Sur le coup d’envoi qui suit , la sirène retentie. La balle est captée par Albi dans ses 22 qui tente crânement une contre attaque pour tenter d’ aller chercher le point de bonus défensif. Mais Agen veille au grain et la balle part en touche.

ANALYSES

Pour Henry Broncan c’est l’heure de l’analyse : « Encore une fois, au point de vue stratégique , quand on a une pénalité à 28-12 à 20 minutes de la fin et qu’on ne la tente pas en choisissant la  pénal-touche, bien sûr on perd la balle et on recule. Il faut que les joueurs comprennent qu’il faut revenir à 28-15 et après on marque un essai et cela fait 28-22. C’est du n’importe quoi. La stratégie ,je ne sais pas ,  il faut reprendre le BA BA ».
Mais le coach à la casquette se veut pragmatique : « Je n’ai vraiment rien à reprocher au groupe des 23 joueurs qui a donné tout ce qu’il a pu, qui a fait le maximum. Il y a eu un passage à vide terrible en fin de première mi-temps, cela n’est pas normal.  Par contre les remplaçants quand ils sont rentrés ont apporté leur contribution à la machine. Cela est satisfaisant. Avoir marqué trois essais à Agen , nous sommes les premiers à l ’avoir fait depuis le début de la saison  et de cela j’en suis fier. Même s’il y a encore beaucoup de travail à faire ».

Pendant ce temps dans le camp agenais c’était tout sauf  l’euphorie de la victoire : « «  C’était à se demander qui avait gagné hier au soir dans les coursives d’Armandie. D’un côté Henry Broncan tout sourire. De l’autre Mathieu Blin (entraîneur du SU Agen)regard anthracite et paroles acides : ridicule, pas de défense, pas d’agressivité, pris dans la chamaillerie, les remplaçants pas à la hauteur. Tu pers la deuxième mi-temps –17-7-, tu as ce que tu mérites ». Ces propos ne sont pas d’un supporter albigeois, mais rapporté par le chroniqueur dans  la Dépêche du Midi. Aux abords de la tribune de presse d’Armandie, des supporters agenais tenaient des propos du même genre voire plus durs encore . Et Agen avait gagné .

LA ROCHELLE EN POINT DE MIRE

Certes après une défaite ce n’est jamais l’euphorie. Mais à Agen,  une belle unanimité  se dégageait dans les vestiaires albigeois : il faut s’appuyer sur le positif pour rebondir contre La Rochelle. « Une rencontre importante se profile samedi soir au Stadium avec la réception de La Rochelle et j’espère que le public sera nombreux derrière nous parce que c’est un match qui sera très important » souligne Henry Broncan.

Remy Ladauge : « Nous avons eu un trou de la 20ème à la 40ème minute, puisque nous faisons un très bon début de match avec un zéro à zéro au bout de 20 minutes. Nous étions exactement sur ce que nous avions prévu avec un jeu d’occupation , un jeu solide, nous y étions quoi. Et puis dès la 20ème, trois erreurs successives qui nous amène des penaltouches dans notre camp, deux mêlées dans notre camp où l’on fait des erreurs défensives individuelles et on prend trois essais. A partir de là nous savions que ce serait très compliqué mais c’est vrai qu’en seconde mi-temps les joueurs ont su alterner , faire un rugby de qualité et marquer trois essais construits à Agen ce qui  n’est pas rien. Ce qui est malheureux c’est qu’eux en marque quatre à une ou deux passes alors que nous nous sommes sur des actions construites, on tient le ballon sur quelques temps de jeu. C’est   très frustrant. On va tout de même pouvoir s’appuyer sur le contenu et se préparer à recevoir La Rochelle et là il ne faudra pas passer à côté ».

Jean-Christophe Bacca : On va s’appuyer sur une conquête que l’on a retrouvée, les mauls. En première mi-temps les Agenais nous ont écroulé les mauls sans être trop sanctionnés, mais en seconde mi-temps nous avons su retrouver notre conquête que ce soit en mêlée où nous n’avons pas été récompensés de notre avancée , ou en touche où l’on marque un essai sur maul pénétrant et où nous avons été capables d’en faire deux ou trois dans le jeu courant. Nous avons été plutôt efficaces. Je retiendrais qu’Agen n’a jamais encaissé trois essais sur ses terres et cela est un  gros point positif avant la venue de La Rochelle qui sera un match à huit points ».

Jean-Jacques Castanet ( Président du SCA)«  On se re prend en seconde mi-temps, parce qu’en première mi-temps on prend deux essais, je ne dirais que c’est catastrophique, mais ce sont deux mêmes essais. Je pense que les  Agenais ont bien étudié notre jeu puisqu’ils ont fait tout leur jeu au pied avec  leur très bon demi d’ouverture Burton Francis qui a très bien joué , qui a toujours joué sur Kraska. Ils marquent deux essais à une passe. C’est dur, mais nous sommes menés 21 à0 à la mi-temps et  nous revenons bien seconde période. Si nous avions mis les transformations nous repartions avec le bonus défensif. Ce qui n’aurait pas été immérité. J’espère que cette rencontre servira à préparer le match contre La Rochelle. »

Maurice Charbonnières

Laisser un commentaire

Commentaires (0)