Histoire de poteau !

Essai de Samuel Marquès - SCA vs RCNM

Le poteau du Stadium Albigeois, est-il en passe de devenir le plus célèbre du championnat de Pro D2. Sans prétendre à une inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO à l’instar de La Cité Episcopale déjà inscrite, il est évident que ce fameux mais tout de même banal poteau assorti du qualificatif bonheur chez les Albigeois, dixit le site du SCA, ou d’assassin dans les colonnes de l’Indépendant, édition de Narbonne( il est également à la une de Midi Olympique sous la signature de Bruno Fabioux ) marquera l’histoire rugbystique des rencontres SCA –NARBONNE.

D’ailleurs l’envoyé spécial du quotidien audois, Eric Sirach, résume parfaitement la situation : « L’histoire ne nous dira pas si, sans ce poteau assassin, Narbonne aurait gagné ce match. Albi n’a eu besoin que de trois minutes seulement pour inverser le cours d’un match qui lui échappait complètement. Le Racing mène 17-9 à la 60e. Trois minutes plus tard, les Albigeois du sorcier Henri Broncan passent devant, 19 à 17 ». Il est évident que l’on ne peut réécrire l’histoire et notamment affirmer qu’Albi aurait été capable de s’approprier le gain du match si le ballon plutôt que de choisir le poteau ( et Nicolas Kaiser de se trouver au bon endroit au bon moment) était passé soit entre les perches et c’était trois points, ou à l’extérieur et c’était toujours 17-9. Bref, ce poteau, sur cette action, s’est avéré être le seizième homme aux couleurs « jaune et noir »avec sept points à la clé. « Le vent dans le dos, le cuir glissant percute le montant gauche et retombe dans les mains de Kaiser; le trois- quart centre n’a plus qu’à décaler pour son demi de mêlée et poison Samuel Marques. Un coup de couteau dans le dos ( de Narbonne) . Albi est relancé. Euphorique même, récompensé par une transformation et une pénalité, deux minutes plus tard » Gagner un match, ce n’est pas plus compliqué que cela, si l’on en croit l’envoyé spécial de l’Indépendant. Enfin, presque !

Pour autant peut-on affirmer que sans poteau point de salut pour les Albigeois? Ce serait à l’évidence un peu trop simple. L’intelligence de Nicolas Kaiser qui suit l’action, capte le cuir et ouvre un boulevard à Samuel Marques, pour plonger en terre promise est un élément déterminant dans le redressement de la situation sinon désespérée du moins préoccupante pour les Albigeois à l’heure de jeu. Déterminant, mais pas seulement. Nathan Lane : « Une fois de plus on a le vent qui a fait la différence, c’est là que l’on se rend compte qu’un groupe c’est 23 joueurs et que le vent est très important. Et quand tout le monde se sent concerné cela paye dans les derniers moments. Nous sommes conscients de nos capacités, mais nous avons parfois le don de se mettre un peu le doute pendant les matches. Il n’ y avait pas le feu à la mi-temps, mais c’est certain qu’il fallait remettre la marche avant en seconde mi-temps et le vent y est pour beaucoup. On savait que nous allions démarrer le match avec le vent contre et 12-6 ce n’était un écart trop important à rattraper ». Donc le poteau, certes, mais aussi le vent. Deux éléments importants mais toujours pas suffisants.

Car à ces ingrédients s’en ajoute un autre : « la correction de quelques défauts » comme le reconnaît Julien Raynaud, le capitaine du SCA : « Dès qu’ au sein de l’équipe nous sommes au diapason sur la conquête , soit en touche soit en mêlée, après derrière, bien sûr, c’est plus facile pour eux les trois-quarts, et même pour nous devant. Je pense que dès que nous arriverons à avoir une conquête plus sereine cela ira beaucoup mieux, parce que c’est la sérénité qui nous manque. L’action de Marques c’est une chance parce qu’il concrétise nos temps forts, notamment en mêlée (la mêlée souffre et sur les rucks, les groupés pénétrants, le Racing est sur le reculoir. Albi, vent de face, appui donc là ou ça fait mal souligne le compte rendu de la rencontre version Narbonne), c’est vrai que derrière il est très réaliste sur les coups de pied. Ce poteau, qui est un très bon poteau (rire), est un coup du destin et on le prend ce soir parce que on ne l’aura pas toujours d’une part et d’autre part on sait que la réussite d’un buteur c’est quand même aléatoire ( les balles renvoyées par un poteau également !) . Donc nous avons de la chance parce que Samuel est en forme. Il a cette réussite qui nous fait du bien. En réalité ce poteau c’est un petit coup de pouce du destin, de la réussite».

Ceci étant, une victoire demande aussi un petit zest de ce plus que sont les valeurs reconnues au groupe quand tout tourne rond ! comme le reconnaît Julien Raynaud : « de cette victoire nous retiendrons l’état d’esprit, car revenir comme ça dans un match très, très compliqué, c’est bien. Nous prenons les quatre points et cela fait plaisir »

A ce plaisir s’ajoute celui de l’abandon de la zone rouge avec une remontée au terme du 2ème bloc à la 13ème place. Donc ce bloc s’est mieux terminé que le premier qui s’était soldé par la cuillère de bois.

TROISIÈME BLOC

Après une semaine de congé, place au troisième bloc avec pour le premier match la réception de Pau. Cette rencontre à domicile s’annonce comme étant un nouveau défi face à l’une des meilleures équipes de Pro D2 depuis plusieurs années et plus particulièrement cette saison , car cette 13ème place n’est pas synonyme de « bonheur garanti ». En effet, en terme comptable, seulement trois points séparent Albi et Dax (17 pts) d’Auch (16ème) et Bourg en Bresse (15ème) avec14 pts et aujourd’hui éligibles à la Fédérale 1 et deux petits points sur Carcassonne crédité de 15 points à la 14ème place. Si on regarde vers le haut, un même faible écart sépare Albi de Béziers 11ème qui compte 18 pts, de Mont-de Marsan 10ème avec 20 points. Il faut remonter à Tarbes, 9ème avec 23 points pour trouver un écart supérieur à 1 victoire. Une nouvelle fois donc, la réception de Pau s’annonce extrêmement importante pour éviter de replonger car Béziers recevra Carcassonne et Bourg en Bresse hébergera Lyon. Par contre Tarbes ira à Dax, qui est en mauvaise posture, tandis que Mont-de-Marsan fera le déplacement d’Aurillac.

Ce troisième bloc verra donc au menu du SCA la réception de Pau (24/11 à 15heures) ; le déplacement à Auch (30/11) ; la réception de Mont de Marsan ((7/12) ; le déplacement à Bourgoin ( 14/12), et la réception de Carcassonne (21/ 12). A l’exception de la réception de Pau et le difficile déplacement de Bourgoin, le programme proposé peut laisser espérer un sans faute à domicile et peut-être des points récoltés en déplacement…. Si, avant d’attaquer les matches retour, Albi affiche ses vertus, toutes ses vertus.

Laisser un commentaire

Commentaires (0)